Il y a 2000 ans, Jésus appelait 12 disciples à le suivre. Ces derniers ont abandonné leur travail pour suivre un homme qu’ils connaissaient à peine. Durant les trois années qui suivront, les disciples, bien qu’en compagnie du Seigneur, ont été loin d’être parfaits. Ils ont cherché à conquérir un mauvais royaume (le royaume politique), ont été perplexes devant certaines paraboles de Jésus, ont tenu des propos qui peuvent nous paraître insensés, n’ont pas cru que le Messie devait souffrir, mourir puis ressusciter. Leur foi a été soumise à rude épreuve, et pourtant, ils l’ont fait : marché dans les pas de Jésus avant que quiconque ne le fasse. En dépit de leurs erreurs, ces hommes ont appris des choses que nous, disciples d’aujourd’hui, oublions souvent :

1)Notre foi ne doit pas dépendre de ce que l’on voit !

Les disciples croyaient que Jésus pouvait être le Messie, mais il leur a fallu du temps avant d’en être certains. Pour le suivre, ils n’ont pas attendu d’avoir des réponses à toutes leurs questions et doutes. Ils savaient que la seule façon d’apprendre et d’avoir des réponses à leurs interrogations, était de se rapprocher de Jésus, d’observer, d’écouter et de voir par eux-mêmes qui était vraiment cet homme. Aujourd’hui, nous sommes incapables d’attendre et désirons tout, tout de suite. Nous sommes devenus impatients. Nous oublions qu’il a fallu trois ans de relation, de marche avec Christ et finalement la résurrection, pour que les disciples croient assurément que Jésus était vraiment le Fils de Dieu, leur Sauveur. Ne soyons pas des Thomas : n’attendons pas de voir pour croire.

Puis il dit à Thomas : Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois. (Jean 20:27)

2) Jésus n’était pas intéressé par le strass et les paillettes.

Jésus n’a pas choisi les plus brillants des étudiants en théologie pour disciples, ou toute personne ayant un certain statut social ou pouvoir. Il ne fréquentait pas les riches et personnes de la haute société juive. Il a passé son temps avec ceux que la société excluait : les malades, les impurs, les méprisés, les invisibles et les « intouchables ». Dans notre société où célébrité et prospérité sont devenues des critères par excellence, nous pouvons être tentés de privilégier et de cibler les personnes riches et influentes, en pensant que leur fréquentation nous permettra d’avoir un impact plus grand dans nos projets. Or il n’en est rien. Notre Seigneur ne vivait ni dans l’abondance ni dans la disette. Dieu pourvoyait toujours à Ses besoins et à ceux des disciples, qui avaient appris à se satisfaire de ce qu’ils avaient. Si vous avez décidé de suivre Christ par intérêt et dans l’optique de devenir riche et célèbre, peut-être n’avez-vous pas réellement saisi le message de l’Evangile.

3) Suivre Jésus, c’est parfois se lancer vers l’inconnu !

Quand Jésus a déclaré «suivez-moi !» à Pierre et André (Matthieu 4:19), ses paroles signifiaient littéralement : «venez et marchez sur la même route que moi». La route comprenait bien évidemment la synagogue (l’équivalent actuel de notre église), où Jésus enseignait souvent, mais lui et ses disciples passaient la majeure partie de leur temps à l’extérieur du temple, afin d’aller à la rencontre du peuple : dans les villages, les maisons, les routes, les villes, les jardins, les déserts et les champs. L’église et nos foyers respectifs représentent des zones de confort desquelles nous avons souvent du mal à sortir. Pourtant, Dieu ne nous appelle pas uniquement à nous tenir sur les bancs de notre église, mais aussi à aller à la rencontre des âmes perdues. Être enseigné est une bonne chose. Mais vient le moment où nous devons nous aussi répondre à l’appel de Dieu sur nos vies, et nous lever afin de partager nos connaissances. Oui, suivre Christ, c’est parfois se lancer dans l’inconnu. Il faut savoir fermer les yeux et se laisser guider, marcher à l’aveugle en faisant confiance à Dieu.

4) Jésus peut bouleverser tous nos plans !

Les disciples savaient qu’ils n’ajoutaient pas simplement « une touche de Dieu » à leur vie déjà bien remplie, comme nous le faisons souvent. Lorsqu’ils ont commencé le ministère, ces douze hommes ont abandonné la vie qu’ils avaient menée auparavant, mais aussi celle à laquelle ils se destinaient. Ils ont laissé leurs familles pour annoncer le Royaume de Dieu, un royaume qu’ils ne pouvaient pourtant pas encore voir. Peut-être ne sommes nous pas appelés à abandonner notre quotidien de façon tout aussi radicale. Mais lorsque nous décidons de suivre Christ, nous devons nous attendre à voir nos vies chamboulées du tout au tout ! Nous devons être capables de dire à Christ : « non pas ma volonté mais Ta volonté Seigneur, non pas mes plans mais Tes plans, non pas mes projets, mais ceux que Tu as pour moi ». Avec Jésus, il faut s’attendre à voir nos vies prendre un tournant à 180° !

 5) Avoir Jésus n’empêche pas aux tempêtes de s’abattre sur nos vies.

Demandez-le aux disciples qui, face à une tempête en pleine mer, ont bien cru se noyer, avec Jésus endormi à côté d’eux. Même si le Seigneur avait le pouvoir sur la mort, la maladie et le péché, cela n’a pas empêché des événements tristes de se produire. La trahison de Judas en est un exemple. Au fil de leur marche, les douze disciples ont appris que la route vers le Royaume des Cieux était rude, étroite, et parfois tortueuse, mais que Jésus marcherait toujours à leurs côtés. Que celui qui veule me suivre porte sa croix, n’est-ce pas ce que notre Seigneur a dit (Matthieu 16:24) ? Il n’a jamais déclaré que tout serait facile. Cependant, Il nous a promis de se tenir à nos côtés. Il n’y a assurément pas meilleure compagnie !

6) Suivre Jésus, ce n’est pas se reposer sur ses lauriers !

Les disciples savait dès le début que l’homme qu’ils avaient décidé de suivre n’était pas un rabbin comme les autres. Jésus était là pour bien plus que leur simple bien-être personnel. Il ne leur a rien caché sur la mission qui les attendait. Il avait un devoir à accomplir, mais eux aussi ! Tous étaient chargés d’«aller dans le monde entier afin de prêcher l’Évangile » (Marc 16:15). Il est facile de prier pour sa situation personnelle, ses problèmes et tout ce qui est enclin à sa propre relation avec le Seigneur. Mais qu’en est-il de l’autre ? Avant de demander à Dieu d’exaucer nos prières, avons-nous chercher à accomplir ce qu’Il attend de nous ? Aujourd’hui, l’évangile prêché à la majorité des chrétiens est un évangile « egocentré ». On nous enseigne la façon dont Dieu peut accomplir Ses promesses dans nos vies, comment saisir ses bénédictions, comment entrer dans la Terre promise, comment devenir prospère et autres choses vraies, certes, mais souvent futiles. On ne nous enseigne plus à obéir à Dieu et accomplir Sa volonté en premier lieu. Être chrétien ne se résume pas au simple fait de prier, d’aller à l’Eglise et de s’assurer que l’on ne manque de rien ! Chacun d’entre nous devons cesser de nous reposer sur nos lauriers et nous attaquer véritablement à la mission que Dieu nous a confiée, de façon collective, mais aussi personnelle !

Suivre Jésus est un choix, une aventure durant laquelle nous devons faire face à toute sorte de situation. Le fait d’être chrétien ne fait pas de nous des personnes parfaites. Les disciples eux-mêmes qui avaient fait le choix de tout abandonner, ont parfois tenu des propos ou eu des attitudes qui peuvent nous surprendre. Tous avaient délibérément choisi de suivre Jésus, mais ils ne savaient peut-être pas véritablement ce à quoi ils s’engageaient. Au fur et à mesure de leur marche, ils ont été enseignés par les discours de Jésus, mais aussi par le simple fait de le fréquenter. Nous aussi devons apprendre à suivre ces 6 clés dans notre marche quotidienne avec Christ !