Le parler en langues n’est pas une doctrine à proprement parler, mais il doit être l’objet d’enseignements clairs et appuyés de la Parole car les questions sur le sujet sont nombreuses. Le parler en langues fait partie des 9 dons de l’Esprit donnés aux croyants (1 Corinthiens 12). Certains ont un ou plusieurs dons spirituels, mais le parler en langues est l’un des dons les plus fréquents et les plus répandus parmi les croyants.

La toute première fois…

Lorsque le Saint-Esprit est descendu sur les 120 disciples dans la chambre haute, ils se mirent à parler en d’autres langues. Il s’agissait de langues qui leur étaient inconnues :

Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui eut lieu, la multitude accourut, et elle fut confondue parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue.… [Actes 2 :5]

Le premier don manifeste du Saint-Esprit fut donc le don du parler en langues. Ces langues étaient des langues humaines, terrestres et comprises par les différents juifs de nationalités étrangères qui étaient à Jérusalem. Après la résurrection de Jésus, le Saint-Esprit a volontairement répandu le don des langues dans un but d’évangélisation, afin que ceux qui étaient présents entendent  »les merveilles de Dieu » (Actes 2:10) dans leurs langues maternelles, par des personnes qui leur étaient totalement étrangères. C’est en cela que le don du parler en langues est un signe, non pour les croyants mais pour les non-croyants, afin qu’ils croient à la Bonne Nouvelle (1 Corinthiens 14:22) .

Langue des hommes ou langue des anges ?

A côté de ce parler en langues terrestres (xénoglossie), on note l’existence du parler en langues célestes (1 Corinthiens 13), aussi appelée  »langue des anges » (glossolalie). Il s’agit cette fois-ci d’une langue qui n’est pas compréhensible par l’homme.

En tant que croyant, nous pouvons ainsi être dotés du parler en langue des hommes, de celui dit des anges, mais aussi des deux. Des missionnaires ont par exemple rapporté avoir reçu le don du parler en langues des hommes au moment d’échanger avec des peuples et des tribus qu’ils évangélisaient. Dieu peut nous utiliser de manière semblable et nous faire parler une langue étrangère mais humaine, pour délivrer un message.

Le parler en langues : dans quel but ?

Outre, la nécessité pour l’Esprit d’opérer un signe pour le non-croyant en délivrant en message céleste, le parler en langues a pour but d’édifier le croyant. Quoique son intelligence reste stérile pendant la prière en langues, son esprit est édifié car il dit  »des mystères » à Dieu (1 Corinthiens 13 :2). Le parler en langues céleste est donc une prière plus puissante et plus efficace que la prière intelligible, car elle est faite en et par l’Esprit. Parler en langues ne devrait donc pas être fait à notre initiative, même si au bout de plusieurs années nous finissons par en connaître les syllabes. Lorsque le chrétien parle en langues, il se doit de laisser le Saint-Esprit le remplir car c’est Lui qui dirige cette prière spéciale. Néanmoins, le disciple aguerri peut reconnaître lorsque sa prière en langues est une adoration, une intercession ou autre, grâce à la révélation de l’Esprit.

Pourquoi certaines églises restreignent-elles le parler en langues ?

Si certains pasteurs restreignent le parler en langues, c’est par crainte que des agents ennemis n’infiltrent l’église et viennent faire ce qui ressemblerait à des incantations. Nous ne pouvons hélas écarter ce risque, car oui, il existe de faux parler en langues, le diable imitant chacun des dons créés par Dieu. Néanmoins, nous ne pouvons pas non plus nous priver des dons de Dieu à cause de lui. Dans une église bâtie et dirigée par Christ, Dieu révélera toujours à ses authentiques serviteurs la présence d’agents du diable. Nous n’avons donc pas à les craindre au point de nous priver des ressources du Saint-Esprit.

Peut-on apprendre un parler en langues ?

Certains chrétiens peuvent ainsi en venir à douter de leur parler en langues, lorsque ce dernier a été reçu de façon un peu forcée (un ministère appelant une église à prier en langues alors que c’est une prière qui doit être à l’initiative du Saint-Esprit, un pasteur demandant de répéter après lui…). Si c’est ainsi que vous avez reçu votre parler en langues, vous avez peut-être raison de douter de son authenticité ! Seul Dieu est capable de vous révéler si vous avez reçu le parler en langues véritable. Néanmoins, il faut retenir que personne ne peut nous apprendre à parler en langues, car c’est l’Esprit lui-même qui doit venir sur nous. Lorsque l’Esprit descend, nous pouvons être surpris émotionnellement ou physiquement, mais ce petit choc est tout à fait normal. Il s’explique par l’intrusion du surnaturel dans le naturel, chose à laquelle nous ne sommes pas forcément préparés. Vous pouvez ressentir une intense chaleur, vous mettre à trembler, à pleurer, ne pas vous contrôler… A vrai dire, chacun réagit différemment à la visitation de l’Esprit. L’essentiel est de ne pas se braquer face à ce qui  »ne ressemble à rien ». L’Esprit qui prie en vous sait ce qu’il dit.

Où faut-il pratiquer le parler en langues?

La Bible n’interdit pas le parler en langues dans l’assemblée car cela reviendrait à interdire au Saint-Esprit de se manifester. Il peut se faire dans un moment particulier où l’onction de Dieu visite les saints. Néanmoins, l’apôtre Paul tend à restreindre l’utilisation de cette langue dans l’assemblée car en général, elle ne procure qu’une édification personnelle. Or, l’église est le lieu propre à l’édification de tous (1 Corinthiens 14 :6). Le parler en langues a quelque chose de spectaculaire qui peut effrayer ceux qui n’avaient jusqu’alors, jamais entendu une telle chose. Si tous les chrétiens se mettent à crier dans l’assemblée, cela peut effrayer d’éventuels visiteurs. A l’église, nous devons faire preuve d’équilibre et de sagesse. C’est pourquoi, certains pasteurs s’assurent que le parler en langues soit toujours traduit. En effet, le don de traduction du parler en langues existe. Lorsqu’une personne se met à parler une langue inintelligible, les ministères en présence peuvent demander à ce qu’une personne dotée de ce don traduise, ou que le Saint-Esprit permette à un membre de révéler ce qui est en train d’être dit.

Prières, chants et prophéties en langues

Le parler en langues n’est pas tout. L’Esprit peut aussi nous inspirer des prières chantées et des chants en langues inspirés. Ce sont des moments prophétiques où l’Esprit de Dieu opère des choses dans l’invisible à notre insu. La prophétie en langues est aisément reconnaissable car son intonation diffère du parler en langues habituel. Elle est donnée avec plus d’insistance et d’autorité. On sait alors qu’il s’agit d’un message divin et non d’une prière en langues. Généralement, le Saint-Esprit donne l’interprétation de la langue. Sinon, la personne qui a délivré le message peut demander à Dieu de l’inspirer. Si elle doute ou hésite, l’Esprit utilisera quelqu’un d’autre qui confirmera sa pensée première.

Je ne parle pas en langues : suis-je sauvé ?

Le croyant né de nouveau reçoit les  »arrhes de l’Esprit » comme signes de son appartenance à Christ. Certains sont baptisés du Saint-Esprit avant leur baptême d’eau, d’autres le sont après. Mais attention : le parler en langues n’est que la manifestation VISIBLE de l’Esprit, et ne signifie pas pour ceux qui ne l’ont pas reçu qu’ils ne sont pas sauvés. Certaines personnes timides, intellectuelles ou  »cérébrales » peuvent appréhender les manifestations du Saint-Esprit et de ce fait, mettre plus de temps à parler en langues, car elles ont peur de ne pas contrôler ce qui pourrait leur arriver. L’assurance du Salut ne doit pas dépendre de la manifestation du parler en langues, mais simplement de la reconnaissance de son état de pécheur et de l’acceptation par la foi de l’oeuvre de Christ le Sauveur. Ceux qui ne parlent pas en langues ne devraient donc pas s’inquiéter, mais passer beaucoup de temps à prier et à adorer pour se familiariser avec le monde de l’Esprit.

Comment recevoir le baptême du Saint-Esprit et le don du parler en langues ?

Si vous êtes né de nouveau, vous avez certainement reçu le Saint-Esprit, car c’est Lui qui vous a conduit à la repentance et a vous a convaincu de péché, de justice et de jugement (Jean 16:8). Vous êtes donc en attente de la manifestation visible Saint-Esprit, ce qui ne remet pas en cause votre Salut comme dit plus haut. Certaines personnes reçoivent le don du parler en langues rapidement et d’autres pas, car cela tient avant tout du Saint-Esprit. C’est à lui de décider si nous sommes prêts à la recevoir ou non.

Le Saint-Esprit est très sensible et fait aussi appel à notre sensibilité. L’esprit de rejet ou les émotions bloquées peuvent nous braquer de façon inconsciente. Nous devons nous libérer intérieurement et nous livrer totalement dans la présence de Dieu. L’adoration est la nourriture de l’Esprit et l’amour est son langage. Prier sans vie et sans passion pour Jésus est aussi un frein à la descente de l’Esprit.

Dans la Parole, nous voyons que le Saint-Esprit pouvait être transmis par l’imposition des mains des apôtres (Actes 8:17). Il n’y a donc pas de raison de croire que ce n’est plus possible aujourd’hui. Néanmoins, notre disposition et l’état de notre coeur sont des conditions primordiales. Souvenons-nous que l’Esprit est souvent associé à la colombe qu’un rien effarouche : il ne force jamais et ne s’imposera pas.

J’ai peur de tout ce qui est attrait au spirituel. Que faire ?

Si la perspective de vivre cette expérience vous effraye, rappelez-vous que l’Esprit ne vient pas pour vous écraser ou vous faire du mal. Au contraire, il est dépositaire de grandes bénédictions. Il doit être accueilli avec douceur et émerveillement. De plus, l’expérience vécue par les autres ne sera pas forcément la votre. Certaines églises charismatiques ont habitué les croyants à des manifestations assez brutales et violentes, où les chaises volent en éclat et les personnes saisies rentrent dans un état de transe indéfinissable. L’Esprit fait comme il veut et nous ne souhaitons pas remettre en question l’expérience vécue par les personnes concernées. Néanmoins, il est important de comprendre que Ses manifestations ne sont pas toutes spectaculaires et bruyantes. Si c’est cela qui vous effraie, nous tenons à vous rassurer. L’attribution du parler en langues peut se faire de façon douce et calme durant vos moments d’intimité avec Dieu.

C’est la volonté parfaite de Dieu que ses enfants reçoivent son Esprit et goûtent aux merveilles célestes qu’il a préparées pour eux. La promesse du don du parler en langues est donc pour chaque chrétien. Nous ne devons pas en être effrayés ou remettre en cause ce don divin. Remercions plutôt le Seigneur de nous permettre de toucher au monde spirituel, grâce à ce dernier !

Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. (Actes 2 :38)

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here