Beaucoup ont fait le choix de suivre Jésus, mais n’ont pas encore eu la grâce de voir leur famille se convertir. Il n’y a sans doute pas plus douloureuse situation que d’être en Christ mais de vivre au sein d’un foyer qui refuse catégoriquement d’entendre parler de Dieu, et pire encore, nous persécute à cause de cette décision. On ne choisit pas sa famille, c’est un fait. Pourtant, c’est sans doute un choix que beaucoup aurait aimé avoir. Joseph a été vendu par ses frères, Moïse fut critiqué par sa sœur pour avoir épousé une étrangère, Jésus lui-même a dû faire face à des parents qui n’ont pas immédiatement compris la teneur de son ministère et à des frères qui ne croyaient pas en Lui (Jean 7:5). Aujourd’hui, peut-être vivez-vous au sein d’une famille qui refuse votre foi. Peut-être êtes-vous moqué, critiqué et persécuté à cause de votre conversion. Peut-être êtes-vous souvent découragé et demeurez dans l’incompréhension face à vos proches qui ne veulent pas entendre prononcer le nom de Jésus… Si vous êtes dans cette situation, voici quelques conseils et stratégies à appliquer !

Un grand nombre de chrétiens ont grandi au sein de famille athée, non-pratiquante ou d’une autre religion qui ne leur dispensait pas d’enseignements bibliques. La foi chrétienne a donc été quelque chose de totalement nouveau, comme pour leur famille. Votre conversion a engendré des changements radicaux dans votre attitude et style de vie, changements qui peuvent avoir choqué votre famille. Mettez-vous à leur place et imaginez-vous élever un enfant d’une certaine façon durant des années, et du jour au lendemain, le voir rejeter une grande majorité des principes que vous lui avez inculqués, sous prétexte de vouloir suivre « un certain Jésus ». La première chose qu’il est important de saisir, c’est que votre conversion implique des changements dans votre vie, mais aussi dans celle de vos proches. Ces bouleversements leurs sont imposés car ils ne les ont pas choisis. C’est la raison pour laquelle vous devez nécessairement faire preuve de compréhension !

Vous ne le voyez pas et avez peut-être l’impression que rien n’a changé autour de vous. Pourtant, dans le monde spirituel, un combat impitoyable se déroule depuis votre conversion. En vous convertissant, vous avez amené la lumières au milieu des ténèbres dans lesquels se trouvaient votre famille. Vous étiez dans le camp du diable mais en quittant son royaume, celui-ci est devenu votre ennemi ! Ne soyez donc pas étonné de subir ses attaques. A partir du moment où vous avez choisi de suivre Jésus, vous êtes devenu sa principale cible. Celui-ci ne va pas hésiter à se servir de tous les outils à sa disposition pour vous faire du mal, et bien malheureusement, cela peut passer par votre famille. Certains ont vu leurs parents les renier et leur couper les vivres, allant jusqu’à les mettre dehors. D’autres ont été menacés de mort. D’autres encore ont vu leur femme ou mari demander le divorce, sans qu’il n’y ait de problème dans le couple, autre que la conversion d’un des conjoints. Par ces différents exemples, vous devez comprendre que la majorité des chrétiens vivant dans des familles non-croyantes font face à une forme de persécution.

Quiconque veut suivre Jésus doit « porter sa croix » (Matthieu 16:24), c’est-à-dire supporter son lot d’épreuves et de souffrances. Personne ne peut y échapper et c’est une vérité que beaucoup de ministères cachent aux personnes à qui ils apportent l’évangile. Le fait de donner sa vie à Jésus ne nous mettra pas à l’abri de la souffrance, bien au contraire. Chacun d’entre nous avons des fardeaux à supporter, et il se peut malheureusement que votre propre famille en soit un. Oui, lorsqu’elle ne croit pas en Jésus, notre famille peut symboliser cette croix que nous devons porter. Jésus l’annonçait déjà en Matthieu 10:34 lorsqu’il disait : « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère;et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison ». 

Avec ce discours, c’est un peu comme si Jésus nous posait les questions suivantes : « Tu veux marcher à ma suite mais es-tu prêt à subir les persécutions de ta famille ? Es-tu prêt à sacrifier la paix et l’harmonie que tu trouvais au sein de ton foyer pour mon nom ? Acceptes-tu de dire adieu à ta mère, ton père, tes frères et sœurs par amour pour moi ? »

Si vous avez-vous répondu « oui » à ces 3 questions, c’est que vous avez compris que quiconque veut suivre Jésus doit en payer le prix car dire oui à Jésus, c’est dire oui aux difficultés à venir à cause de ce choix. Votre foi peut être éprouvée au sein de votre famille mais vous pouvez vous armer, vous préparer et établir des stratégies pour surmonter au mieux ces temps difficiles.

1) Assumez votre nouveau rôle

Que vous soyez la première personne à devenir chrétienne ou que vous marchiez à la suite d’un proche qui s’était déjà converti, vous devez comprendre que vous avez un nouveau rôle à jouer et en assumer l’entière responsabilité. Vous êtes désormais celui ou celle qui tient le flambeau de lumière au sein d’une atmosphère ténébreuse. Si vous lâchez le flambeau, tout s’éteint et votre famille retournera à nouveau dans l’obscurité. Vous qui connaissez la vérité, avez désormais été affranchis de tout joug qui vous retenait captif. Votre mission (si vous l’acceptez) est désormais de transmettre cette source de liberté qui est Jésus. En tant que nouveau converti, cette mission vous paraîtra énorme. Vous vous dites peut-être que vous êtes trop jeune, que vous manquez de connaissance et que vous n’êtes pas légitime à partager l’évangile. La Bible appelle pourtant tous les disciples de Christ, jeunes ou moins jeunes, nouveaux comme anciens convertis à propager la Bonne Nouvelle. En Luc 21:15, Jésus déclare que face à nos détracteurs, il nous donnera une bouche et une sagesse face auxquelles aucun de nos adversaire ne pourra répondre. Ayez confiance ! Le Saint-Esprit sera là pour vous guider et vous inspirer. Laissez-vous conduire par Lui : il vous donnera les mots et aptitudes nécessaires pour être à la hauteur de cette mission !

2) Soyez compréhensif, ayez les yeux ouverts et discernez !

L’une des qualités importantes que vous allez devoir apprendre à manifester, est la compassion ! Soyez compréhensif. L’Évangile est une folie qu’il n’est pas donnée à tous de comprendre. C’est pourquoi certains membres de votre famille vous accuseront d’être dans une secte, croiront que vous avez été influencés et refuseront parfois que vous vous rendiez à l’église. Vous ne devez pas oublier que votre famille veut (généralement) votre bien et voudra toujours ce qu’il y a de meilleur pour vous. Eux qui ne connaissent pas Christ peuvent avoir du mal à comprendre votre soudain intérêt pour la foi, mais vous ne devez pas leur en vouloir ! Gardez en tête qu’ils sont pour la plupart aveuglés, formatés par le monde voire parfois utilisés par l’ennemi pour vous atteindre. Ne leur en voulez pas car ce ne sont pas eux qui sont responsables mais les esprits mauvais qui se servent d’eux. C’est pourquoi Éphésiens 6:12 déclare que « nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes ». Votre famille n’est pas votre ennemi, même si elle vous en donne l’impression : ce sont les esprits qui sont derrière elle qu’il faut combattre, d’où l’importance de vous lever dans la prière !

3) Priez pour votre famille avec acharnement

Un chrétien qui ne prie pas sera incapable de faire face aux attaques de l’ennemi ! Si votre famille vous persécute ou vous a pris pour cible, vous ne devez pas rester les bras croisés, passer votre temps à vous lamenter et attendre que les choses se passent sans fournir d’efforts. Vous devez vous lever dans l’intercession, la prière et le jeûne, non seulement pour avoir la force de tenir face aux attaques, mais aussi pour que le Seigneur fasse grâce à votre famille et qu’il vous utilise pour leur conversion. La persécution de ces derniers est un fardeau pour vous, mais la conversion de leur âme doit l’être 1000 fois plus ! Beaucoup de jeunes chrétiens ont à cœur d’évangéliser les foules. Ils rêvent de voir leur pays accepter Jésus, se voient prêcher dans des stades, parcourir le monde entier pour apporter l’évangile, mais n’ont jamais prié ou jeûné une seule fois pour le Salut de leur propre famille ! Lorsque l’on prend conscience de l’importance du Salut et que l’on réalise que l’enfer est une réalité qui attend tous ceux qui n’auront pas suivi Jésus, croyez-nous, on fait tout ce qui est en son pouvoir pour voir sa famille sauvée !

3) Faire preuve de sagesse

Beaucoup de chrétiens manquent d’équilibre et de sagesse quant à leur vie spirituelle, notamment lorsqu’ils sont nouveaux convertis. Ils sont en feu pour Dieu mais ne comprennent pas que l’excès de zèle peut les desservir et donner une mauvaise image de la foi chrétienne. Comment voulez-vous que votre famille voit votre conversion d’un bon œil si vous écoutez des louanges et adoration au volume maximum, priez en hurlant alors que toute votre maison dort, rentrez de l’église à des heures indues, sortez avec des frères et sœurs en Christ en cachette ou sans les avoir prévenus ?  Frères et sœurs, usez de sagesse ! Ne soyez pas étonnés d’être en conflit avec votre famille si depuis votre conversion, votre attitude laisse quelque peu à désirer.

4) Rester soumis aux autorités

Certains considèrent à tort qu’en devenant chrétiens, ils ont obtenu le droit d’être rebelles à leurs parents. Nous ne sommes pas de ceux qui vous donneront leur accord pour manquer de respect à vos parents ou leur désobéir, sous prétexte qu’il s’agit de votre vie spirituelle. Vos parents restent une autorité à laquelle vous devez le respect (Colossiens 3:20), surtout si vous vivez encore chez eux. Ne vous sentez pas frustrer s’ils vous interdisent d’aller à l’église ou que fassiez votre baptême. Le mieux selon nous reste de leur obéir et d’attendre votre majorité ou que vous ne soyez plus sous leur toit pour le faire. Ce sont selon nous des combats inutiles, surtout lorsque l’on est jeune. Vous pouvez vivre votre foi secrètement et prier afin que Dieu leur fasse changer d’avis mais nous vous déconseillons fortement d’entrer dans des conflits pour ces sujets. Attendez patiemment de pouvoir le faire librement car si vous leur désobéissez, soyez assurés qu’ils vous feront vivre un enfer bien pire encore que celui dans lequel vous viviez possiblement. Le Seigneur connait votre situation. C’est un Dieu juste et nous ne pensons pas qu’Il vous en voudra ou vous condamnera si vous faites le choix d’attendre l’indépendance pour ce faire.

5) Être un modèle

Lorsque l’on est le seul chrétien de sa famille, on devient inconsciemment une sorte de « panneau publicitaire chrétien ». Notre façon d’agir, de parler, de pensée, est passé au crible fin et au moindre faux pas, on est mangé tout cru ! Attendez-vous à ce que vos proches soit sans pitié avec vous. C’est la raison pour laquelle vous devez faire attention à votre témoignage et renvoyer une merveilleuse image de ce qu’est la foi ! Rien qu’à votre attitude, votre famille doit voir Christ transparaître. Parfois, les mots ne suffisent pas à convaincre, mais l’attitude fait tout. Par votre comportement, vos proches pourront s’interroger et finir par s’intéresser à votre foi. Par votre changement radical d’attitude, ils pourront vous poser des questions et petit à petit, finir par accepter votre conversion, et même se convertir eux-mêmes par la suite. Soyez un modèle au sein de votre famille. Manifestez le fruit de l’Esprit à savoir l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité et la fidélité (Galates 5:22) !

8) Ne répondez pas aux attaques

Comment répondre aux attaques ? Par le silence. Le silence est une réponse sage qu’il est parfois préférable de choisir pour éviter les débats inutiles et conflits. Il est très difficile de rester calme lorsque l’on se fait critiqué, insulté et moqué, que l’on voit sa foi tournée en dérision… Gardez en tête que sur le chemin de croix, Jésus est resté silencieux face à ses détracteurs. Si votre famille apprécie les débats et qu’elle reste ouverte, rien ne vous empêche de discuter de votre conversion avec eux. Mais si ce n’est pas le cas, nous vous recommandons d’éviter d’aborder le sujet mais de prier dans votre cœur pour que la situation change. Comme Jésus, lorsque vous vous retrouvez au milieu d’une discussion violente, répétez dans votre cœur « Seigneur pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ».

6) Comprendre que leur conversion ne dépend pas de vous

L’une des choses les plus difficiles à accepter reste la possibilité que votre famille ne se convertisse jamais. C’est une réalité que nous nous pouvons pas vous cacher car c’est malheureusement la situation dans laquelle beaucoup de chrétiens se sont retrouvés. Nous devons comprendre que nous ne sommes que des outils entre les mains du Saint-Esprit. Ce n’est pas nous qui convertissons mais Sa puissance au travers de nous. C’est la raison pour laquelle certains acceptent de suivre Christ et d’autres refusent et ce toute leur vie durant. C’est un triste fait que de savoir que notre famille pourrait quitter ce monde sans Jésus, mais une réalité que nous devons accepter. Dieu seul a la capacité de savoir s’ils finiront par se donner à Lui. Notre rôle à nous reste de prier pour eux, d’être de bons témoignages ainsi que des relais de l’évangile.

7) La dernière solution : coupez les ponts

Lorsque les persécutions deviennent trop importantes, que notre famille devient un poids trop lourd à supporter, que nos proches deviennent toxiques et que notre vie est en danger, l’un des choix qui peut s’offrir à vous est de couper les ponts avec eux. Attention, ce n’est pas un choix que nous recommandons car il n’est pas facile à faire et reste lourd de conséquences (isolement, non-présence de ses proches à de grands événements de sa vie…), mais c’est une solution qui peut être envisagée pour les cas les plus extrêmes. Nous ne sommes pas en mesure de savoir si vous devez opter pour ce choix, mais si vous y pensez, nous vous conseillons de vous adresser à des ministères qui sauront vous conseiller du mieux possible. Nous vous encourageons surtout à vous adresser à Dieu et à passer du temps dans la prière, afin qu’Il vous aiguille.

 

Vivre sa foi au sein d’une famille non-croyante est une situation complexe, surtout lorsque l’on est jeune…. C’est difficile mais pas impossible ! Il vous faudra user de patience, de compassion, de courage et surtout d’amour ! Vous étiez vous-même dans l’ignorance avant de vous convertir mais Dieu vous a fait grâce ! Ayez foi qu’Il puisse user de cette même grâce pour toucher votre famille ! Soyez celui ou celle qui leur donnera envie de se convertir, montrez-leur une belle image du christianisme et reflétez Christ dans toutes les situations, même dans les conflits. Nous croyons que Dieu peut faire de vous le canal qui apportera restauration, guérison, paix et joie au sein de votre famille. Soyez encouragé.