De nombreux épisodes de la Bible relatent le fait que certains personnages déchiraient leurs vêtements pour exprimer de fortes émotions comme la honte, la colère ou le deuil. Mais quel est la véritable signification de cet acte qui peut aujourd’hui, nous paraître insensé ?

Un acte récurrent

Déchirer ses vêtements est un acte très courant dans l’Ancien Testament. Prenons l’exemple de Ruben. Genèse 37:29 déclare que lorsqu’il découvrit que ses frères avaient vendu Joseph comme esclave, il fut terriblement choqué et « déchira ses vêtements ». Quelques jours plus tard, lorsque leur père Jacob apprend la nouvelle, celui-ci déchire aussi son linge.

Et il déchira ses vêtements, il mit un sac sur ses reins, et il porta longtemps le deuil de son fils; (Genèse 37: 34)

Job a également «déchiré son vêtement» lorsqu’il a appris que tous ses enfants avaient été tués (Job 1:18-20). Avant d’apporter les nouvelles tragiques à Eli que les Israélites avaient été vaincus dans la bataille et que ses fils avaient été tués, le messager commet le même acte (1 Samuel 4:12-17). Enfin, David et tous les hommes avec lui ont déchiré leurs vêtements quand Saül et Jonathan sont morts (2 Samuel 1: 11-12).

Un acte symbolique

Le fait de déchirer ses vêtements est une action qui marque une situation tragique (la mort, le choc ou la honte). Tous les Juifs avaient la possibilité de le faire lorsqu’ils se retrouvaient dans une situation de détresse, sauf le sacrificateur. En effet, la nature spéciale du statut sacerdotal le distinguait et l’empêchait de pratiquer certaines coutumes ordinaires, y compris celle du deuil.

Déchirer son linge symbolisait aussi le sacrifice, car les vêtements étaient à l’époque relativement chers. C’était donc une façon de montrer que les considérations dues à son statut devaient être mises de côté, l’événement étant bien plus grave.

On pense généralement que le chagrin et la tristesse sont des sentiments privés qui s’expriment plutôt dans l’intimité. Mais dans l’Ancien Testament, cet acte nous prouvent que ces sentiment étaient affichés devant tous.

Une coutume pérenne

La déchirure des vêtements n’est pas propre aux récits bibliques. En effet, c’est une pratique qui existe depuis l’Antiquité et qui était d’ailleurs très courante. Aujourd’hui encore, cette coutume se poursuit chez certaines populations qui continuent de pratiquer la Qeri’ah. La Qeri’ah désigne la déchirure pratiquée sur le vêtement des personnes qui doivent porter le deuil, c’est-à-dire le père, la mère, le fils, la fille, la sœur, le frère ou le conjoint de la personne décédée. Cependant, c’est un acte moins spontané et plus cérémoniel.

Les vêtements, symbole du coeur

Nous comprenons ainsi que le fait de déchirer ses vêtements  symbolisait l’état du coeur des personnes qui faisait cet acte. Leur linge était déchiré, et le coeur par la même brisé. Pourtant, dans Joël 2:13, le prophète appelle le peuple à se repentir en disant :

Déchirez vos coeurs et non vos vêtements, Et revenez à l’Eternel, votre Dieu.

Cela signifie que lorsque nous péchons et que nous sommes remplis de honte devant le Seigneur, nous devons apprendre à nous humilier et à déchirer quelque chose de bien plus précieux, profond et significatif que nos vêtements : notre coeur.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here