Envoyer la Bible sur la Lune : une idée farfelue pour certains, et pourtant… Telle fut la mission de l’Apollo Prayer League (Ligue de prières Apollo), formée à la fin des années 1960 pour prier pour les missions spatiales. Plus de 50 ans après, les toutes premières Bibles miniatures envoyées sur la Lune furent au cœur d’une bataille judiciaire opposant l’Etat du Texas à l’écrivaine Carol Mersch qui fut la première a raconté leur histoire. Tous deux se sont disputés la garde de ces Bibles uniques !

A l’origine des « Bibles lunaires »

Les « Bibles lunaires » ont été imaginées par la Ligue de prières Apollo, fondée à la suite d’une tragédie nationale américaine. Le 27 janvier 1967, les astronautes Virgil Grissom, Edward White et Roger Chaffee sont tués dans l’incendie du vaisseau spatial Apollo 1. Apollo 1 fut la quatrième mission du programme Apollo mais la toute première censée transporter un équipage. La tragédie fut d’autant plus choquante qu’elle se produisit lors d’un test de routine.

Alors que le monde entier est saisi d’effroi, un homme décida se s’engager personnellement à donner un sens à cette tragédie. Il s’agit du Révérend John M. Stout, ami et conseiller spirituel de nombreux astronautes de la NASA, notamment des trois ingénieurs décédés auxquels il veut rendre hommage. Avant l’accident, le Révérend dirigeait déjà un groupe de prière informel, chargé de prier avec et pour les astronautes. Mais après l’incident, Stout souhaite créer une organisation religieuse plus large et permanente à prétention internationale, qui ne prierait pas seulement pour les astronautes mais aussi pour les actions humanitaires. Accompagné de sa femme Mary Helen, de son frère James et d’autres hommes de Dieu, le Révérend Stout lance officiellement la Ligue de prières Apollo, en 1968.

Les voyages lors des missions Apollo

L’une des premières Bibles King James en mircofilms qui fut envoyées sur la Lune avec la mission spatiale Apollo 14 en février 1971. Crédits: Sotheby’s

C’est à l’initiative de cette ligue que des centaines de Bibles constituées de microfilms d’environ 1 pouce sur 1 pouce (2,5 centimètres) ont volé à bord de la mission Apollo 14 de la NASA en février 1971. Ce n’était cependant pas la première fois que des Bibles étaient envoyées dans l’espace. Près de 500 Bibles avaient auparavant embarqué sur Apollo 13 en avril 1970. Cependant, cette mission lunaire fut interrompue à la suite de l’explosion d’un réservoir d’oxygène au cours de son trajet. Suite à cet échec, le révérend Stout avait demandé à ce que des Bibles soient de nouveau embarquées lors de la mission suivante. Les petits carrés, chacun imprimé sur 1245 pages et constitués de 773 746 mots de la Parole de Dieu, n’étaient pas une cargaison officielle de l’agence spatiale. Ils faisaient plutôt partie des affaires personnelles emportées par les astronautes comme Edgar Mitchell. Deux cent de ces Bibles sont restées à bord du module Apollo 14 « Kitty Hawk » en orbite lunaire. D’autres sont quant à elles redescendues avec les astronautes.

Le retour sur terre

Lorsque Apollo 14 est revenu sur terre, l’astronaute Edgar Mitchell a remis ces Bibles au Révérend, qui a donné quelques-uns de leurs fragments aux membres de la ligue Apollo, et conservé les autres. Mais près de quarante ans plus tard, Stout et sa femme ont été jugées inaptes à prendre soin d’eux-mêmes. Ils ont été placés en maison de retraite et déclarés pupilles de la nation, à la charge du DADS (Département du vieillissement et des services aux personnes handicapées) du Texas. Pourtant, depuis 2010, ce même Etat et l’écrivaine Carol Mersch s’affronte en justice pour conserver la garde des Bibles lunaires. L’auteure et femme d’affaires Carol Mersch se décrit comme l’une des meilleures amies du couple Stout. En 2009, alors qu’elle écrivait un livre sur l’envoi de Bibles sur la Lune, le Révérend lui aurait donné de lui-même les précieux manuscrits ainsi qu’un certificat d’authenticité agrémenté de sa signature et de celle de l’astronaute Edgar Mitchell. Selon Mersch, le Révérand Stout lui aurait donné les copies deux ans avant que l’Etat ne les déclare inaptes.

Sur cette photo datant du 18 avril 2017, Carol Mersch regarde le certificat d’authenticité délivré par le Révérend Stout, ainsi que sa copie de la Bible en microfilms.(Crédits : Associated Press /Sue Ogrocki)

La bataille judiciaire

Le conflit entre l’Etat du Texas et Carol Mersch a été rendu public en 2013, trois ans après qu’il ait empêché l’écrivaine de vendre les Bibles aux enchères. L’État a ensuite cherché à avoir l’entière possession de toutes les Bibles, dont celles détenues par Carol Mersch. Au début, celui-ci avait revendiqué leur garde pour protéger les biens financiers et l’héritage du couple Stout. En effet, plusieurs Bibles lunaires d’autres propriétaires avaient été vendues aux enchères pour plus d’une dizaine de milliers de dollars chacune. Mais après le décès du couple Stout en 2016, l’État a continué à affirmer la garde de ces Bibles, arguant qu’elles devaient cette fois-ci constituer l’héritage du fils du couple pastoral.

Qui a finalement remporté la grande bataille des Bibles lunaires ? En octobre dernier, un juge avait statué en faveur de l’écrivaine. L’Etat du Texas avait fait appel de la décision, mais il y a quelques semaines, ce dernier a finalement décidé d’abandonner la poursuite et de laisser la garde des Bibles à l’écrivaine. Suite à la victoire de son procès, Carol Mersch a déclaré qu’elle « souhaitait honorer ses promesses au couple Stout en faisant don des Bibles à des musées », a rapporté l’agence de presse Associated Press.

 

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here