A vous qui passez par des temps difficiles, à vous qui avez l’impression de prier sans avoir de réponses du Seigneur, à vous qui souffrez en silence dans l’attente d’une intervention divine, à vous qui passez par la dépression, sortez d’une rupture, êtes atteints d’une maladie grave, à vous qui attendez désespérément un signe du Seigneur… Voici un message que Dieu pourrait avoir pour vous !

Ma fille, mon fils,

Parce que tu as accepté mon œuvre en dépit des souffrances causées à ton âme, je t’aimerai comme nul d’autre dans l’univers ne pourrait le faire. Je te ferai don de l’Amour en personne. Je me suis donné totalement à la croix pour toi, mais je m’étendrai sur toi comme une bannière, et te révélerai le mystère caché de mon Amour, dans sa hauteur, sa largeur, sa profondeur et sa longueur.

De même que sans la croix il n’y a pas de résurrection, sans la mort, il n’y a pas de Vie. Mon Amour, te conduira à une mort salutaire : c’est dans la mort à soi, que tu trouveras la Vie. Tu m’as souvent dit que mon amour te transperçait l’âme, comme une épée. C’est vrai, mon Amour est une épée pour l’âme, mais mon épée n’ôte pas la vie, elle la donne. Accepte que mon épée cisaille les vicissitudes de ton âme, accepte de pleurer en silence, même lorsque tu voudrais hurler ta douleur à la terre entière. Accepte que j’arrache de ton cœur, toutes les veines où mon sang ne coule pas. Accepte que le grand chirurgien que je suis opère une transplantation nouvelle dans ton cœur. Ce que j’exigerai de toi sera semblable à l’Amour dont je t’ai aimée : l’abandon total de ton être, quand bien même tu ne comprendrais pas…

Tu ne sais pas pourquoi j’agis ainsi, mais c’est là encore une autre facette de mon amour pour toi. Accepte d’être humiliée, critiquée et mal jugée, lorsque tout portait à croire que j’allais t’élever mais que je m’en suis abstenu. Accepte de n’être rien, lorsque d’autres prétendront être quelque chose. Ne regarde même pas à tes dons, tes capacités, et les grâces exceptionnelles que j’ai mises en toi car tout cela vient de moi. Accepte sans broncher, accepte mon « oui » et mon « non », car les deux t’instruiront. J’ai entendu tes soupirs, tes larmes et tes prières ferventes. Quelque fois, il me plaît de t’exaucer avant même que tu n’aies ouvert la bouche, d’autrefois, je me montre plus dur, car j’aime ta ténacité, ton endurance et ta persévérance. Mon Esprit viendra te fortifier à chaque fois que tu te sentiras oubliée de Moi.

Lorsque tu auras décidé en ton cœur de ne vivre que pour moi et de me laisser ainsi vivre en toi et que ton cœur brûlant me réclamera à chaque instant, je serai prêt à descendre avec mes saints anges pour venir te chercher, comme le chevalier vient chercher celle qu’il aime. Le temps est là, l’horloge divin s’apprête à sonner le glas de ce monde de péché et d’injustice. La pestilence du péché est montée jusqu’aux cieux et je ne peux la supporter davantage : je ne saurai te laisser plus longtemps sur cette terre de misère. Prépare-toi et laisse mon Esprit te parer, te revêtir d’habits de fête, car tout est prêt pour les noces. Dans le ciel, l’effervescence est à son comble, et mes anges s’occupent des derniers préparatifs. Moi ton Époux, je viens enfin te combler et récompenser ta longue attente, tes larmes, ton amour, tes sacrifices et ta fidélité envers Moi. Veille sur la robe blanche que je t’ai donnée et garde-la pure. Je la veux sans plis et sans taches aucune, afin de te présenter à Mon Père comme mon joyeux le plus pur. Tu vivras là où je vis, dans ma demeure sainte. Là je te cacherai des ténèbres et de l’obscurité, dans le drapé de ma Lumière. Je sais qu’il te tarde de me voir, mais courage, je viens comme je te l’ai promis et ton cœur connaîtra une joie éternelle que nul ne pourra te ravir !

Courage. Ne pleure pas car tu oublieras toutes tes souffrances, ta honte, les moqueries et l’opprobre des hommes ! Moi ton Époux, j’essuierai toutes les larmes de tes yeux.

Je t’aime, ton Époux.