Des écrans dignes des plus grands cinémas, des caméras dernier cri, des enseignements semblables à des one-man show, un temple plongé dans l’obscurité avec des lumières et des néons traversant la salle : bienvenue dans l’église du 21ème siècle. « A peine entré dans la salle, je me suis directement demandée si je venais de mettre mes pieds dans une église ou dans une boite de nuit » raconte une jeune chrétienne dont nous ne communiquerons pas l’identité. C’est autour des écrits et de la réflexion de cette dernière que nous avons décidé de nous interroger sur la quête de modernité des églises d’aujourd’hui. Auraient-elles perdu leur mission originelle ?

Des églises en quête de modernisme

« La musique forte et le commentaire d’un ami me disant que c’est comme si on était à une fête ne faisaient que confirmer mes pensées. Je n’étais pas habituée à voir de tels spectacles visuels lors de services dit religieux » écrit-elle. Qui n’a jamais été surpris par la grande modernité des églises sur le plan technologique ? Elles sont de plus en plus nombreuses à se doter de professionnels de l’audiovisuel. Des cameraman sont désormais postés à tous les coins de la salle pour retransmettre le culte en direct sur internet. Des photographes parcourent les allées et fusillent les foules du regard pour saisir LE cliché qui, une fois posté sur internet, donnera envie aux internautes de venir le dimanche suivant. Un problème de retour dans le micro ? Un simple signe de main du pasteur et les régisseurs se chargeront de régler le problème dans la minute. Quant à la chorale, on peut l’entendre chanter à des kilomètres grâce aux dizaines d’enceintes réparties dans le sanctuaire  ! Ah, si l’on avait dit à Paul et à Pierre que les églises primitives se transformerait en véritables salles de concert des millénaires plus tard, ils ne l’auraient sans doute pas cru ! Mais il faut vivre avec son temps. Gloire à Dieu pour ces technologies : elles font des merveilles et nous permettent de rendre les cultes accessibles à tous, d’être plutôt confortables et de montrer au monde que nous aussi, nous avons les moyens d’être à la pointe de la technologie ! Minute papillon : cette modernisation des églises n’a-t-elle que des avantages ?

Pourquoi ce désir de modernité ?

Sans doute pour vivre avec son temps, pour profiter des nombreux avantages de ces nouvelles technologies, pour que les chrétiens s’y sentent chez eux, mais aussi sans doute pour attirer plus de monde ! Qui aurait envie de passer près de 3h assis sur une chaise inconfortable, dans un espace froid et qui visuellement, ne donne pas envie de revenir ? Soyons vrais : personne n’a envie d’accueillir des invités dans un salon mal rangé et dépourvu de décoration. Il en va de même pour les ministères qui n’hésitent pas à investir et mettre tout en oeuvre pour faire de leur église un havre de paix ! Mais à force de se concentrer sur l’aspect matériel, n’a-t-on pas perdu l’objectif principal ?

Trop de modernité tue la modernité…

« La confusion qui règne quant à savoir si l’on est dans une église, une boîte de nuit ou une soirée, indique la nécessité de se demander si l’église moderne n’aurait pas perdu de vue son rôle principal. J’ai récemment regardé l’interview d’un chrétien membre d’une megachurch qui affirmait aimer l’église parce qu’il y avait de la musique et que ça ressemblait à une fête. Il ne s’y rendait pas réellement pour établir une connexion avec Dieu, mais simplement pour s’amuser. » continue-t-elle. Ce n’est malheureusement pas un cas rare. Bon nombre de chrétiens ne vont plus à l’église pour Dieu mais pour voir leurs amis, participer aux agapes, danser, chanter et s’amuser, comme si l’église était devenu un centre de loisirs. Il est vrai que les églises sont des espaces communautaires dans lesquels des personnes partageant la même foi sont appelés à se réunir. Doit-on reprocher aux ministères de chercher à faire de leurs églises des espaces de vie agréables, dans lesquels on se sent bien et que l’on n’a plus envie de quitter ? Pas nécessairement. Mais la finalité première de ces dernières devrait être d’adorer Dieu. Une église, c’est d’abord un lieu de culte et non un espace de divertissement. Mais maintenir cet équilibre est aujourd’hui devenu difficile si bien que beaucoup d’assemblées s’y sont perdues.

« Parfois, j’ai l’impression que l’église s’efforce de rendre l’évangile attrayant, si bien qu’elle en perd son but premier. Nous passons tellement de temps à essayer de plaire aux gens du monde que l’église finit par oublier qui elle est vraiment et ce en quoi elle consiste réellement. Le désir de glorifier Dieu et de le faire connaître semble avoir été mis de côté » explique notre jeune chrétienne. Est-ce normal de rentrer dans une église et d’avoir pour premier questionnement le fait de savoir s’il s’agit d’un lieu de culte ou d’une grande fête ? Est-ce ce que Dieu entendait par « lieu de culte et de prière » ?

L’église n’est pas un lieu de divertissement

« Les programmes de divertissement et la « théologie baba-cool » semblent être la nouvelle tendance des églises, mais je ne crois pas que cela soit son rôle principal. Il incombe à l’Église de démontrer aux chrétiens et aux non-chrétiens que ce que nous faisons ne consiste pas en un divertissement, mais bel et bien en un culte que l’on rend à Dieu en esprit et en vérité (Jean 4:24)« . Alors non, nous ne sommes pas contre ce désir de moderniser l’église. Nous ne sommes pas contre le fait d’y accueillir des pièces de théâtres, d’y regarder des films chrétiens, d’y partager des repas, d’y organiser des concerts gospel. Mais nous sommes contre le fait que tout ceci prenne le pas sur la première finalité des églises qui est d’être des lieux de culte ou comme le dit Jésus lui-même, des maisons de prière (Matthieu 21:13).

Si nous enlevons les lumières, les images de synthèse, la musique martelée et tout ce que nous utilisons pour créer une « bonne ambiance », les gens viendraient-ils toujours à l’église ? Ou est-ce devenu quelque chose d’obligatoire pour pouvoir adorer Dieu ? De plus, doit-on aller à l’église pour adorer Dieu ou pour nous y sentir bien ? Que penser des églises qui n’ont pas les moyens d’investir dans toutes ces technologies modernes ? Sont-elles moins ointes, moins bénies, moins « dans le coup » ? Dieu est-il moins présent sous prétexte que l’on se rend dans un hangar au sol bétonné plutôt que dans une salle de spectacles avec une super moquette et des sièges en velours ?

« Je comprends que nous vivons à une époque différente et que, par conséquent, nous devons modifier les méthodes que nous utilisons pour atteindre les gens. Mais je crois que nous devons faire attention à ne pas nous perdre dans ce processus de modernisation.  La possibilité de divertir les chrétiens ne devrait jamais prendre le dessus sur le devoir d’adorer Dieu. » conclue-t-elle.

La modernité oui, mais pas au détriment de la spiritualité

Aujourd’hui, nous disposons de merveilleux outils qui nous permettent de créer des églises chaleureuses, qui n’ont rien à envier aux espaces mondains. Mais créer des églises « modernes » ne doit pas être notre priorité. Souvenez-vous continuellement que l’essence même du culte ne se trouve pas dans ces outils matériels, mais dans le désir de venir y rencontrer notre Seigneur Jésus-Christ. C’est à lui que nos louanges devraient être adressées. Si nous voulons voir les gens se convertir véritablement à Christ, nous devons rester centrés sur le véritable évangile. L’église c’est d’abord ce qui nous est décrit en Actes 2:42 et quelle que soit l’époque à laquelle cette dernière évolue, elle ne doit jamais perdre de vue cette finalité :

« Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. » (Actes 2:42)