Si l’on vous parle de « culte », à quoi pensez-vous dans l’immédiat ? Une grande majorité d’entre vous répondrait sans doute au moment que l’on passe à l’église chaque dimanche. Pourtant, lorsque l’on s’intéresse à la définition de ce mot, on  réalise qu’il n’implique pas nécessairement d’aspect religieux ou spirituel. Le mot « culte » vient du latin cultus qui se traduit par « l’action d’honorer, de développer une grande admiration, vénération ou tendresse profonde pour quelqu’un ou quelque chose ».  Cette définition nous convient-elle vraiment ? Pas véritablement… Etant chrétiens, nous savons que la seule et unique personne à qui nous devons vouer un culte, est Dieu. Nous aurions ainsi tous aimé pouvoir modifier cette définition de la façon suivante : « action d’honorer Dieu et uniquement Dieu ». Mais est-ce réellement le cas dans notre vie de tous les jours ? 

Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. (Romains 12:1)

Le « culte », c’est bien plus que les quelques heures que nous passons dans la louange et l’adoration chaque dimanche matin. Le culte, c’est ce qui se passe dans notre cœur à chaque instant : que ce soit au travail, au contact de notre famille, de nos amis ou dans nos activités et loisirs. Le culte, c’est ce qui compte le plus pour moi et, en retour, ce à quoi j’accorde mon temps, mon énergie ou même mes finances. C’est ce que je considère comme une priorité absolue dans ma vie.

La Bible fait état de bon nombre de cultes, qui ont fait de l’ombre à Dieu. L’Ancien Testament nous parle de Baal, de Mammon et d’Asherah. Ces trois divinités peuvent correspondre à la recherche du pouvoir, de l’argent et du plaisir. Ces trois domaines ne sont pas nécessairement mauvais. L’argent, lorsqu’il est bien utilisé, peut nous permettre de réaliser de beaux projets. Lorsque nous dirigeons une société ou que nous sommes managers, nous exerçons une forme d’autorité qui nous donne une certaine forme de pouvoir. Enfin, lorsque nous allons au restaurant en famille, nous nous accordons un petit plaisir et passons un agréable moment. L’argent, le pouvoir et le plaisir ne sont donc pas problématiques en soi. Mais la façon dont nous les considérons et la place que nous leur accordons dans notre vie peuvent le devenir, dès lors que nous leur vouons un culte !

A lire aussi :  4 choses que fait l'ennemi pour nous empêcher d'avancer avec Dieu !

Dieu avant tout

En Exode 20:3, Dieu donna à son peuple le commandement suivant : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi ». Ce n’est pas un hasard s’il s’agit du tout premier commandement. Cette règle de conduite est encore valable aujourd’hui en ce qu’elle souligne l’importance de donner à Dieu la priorité. Tout au long de la Bible, nous lisons que nous sommes faits pour adorer notre créateur dans tout ce que nous faisons.

« Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu. » (1 Corinthiens 10:31)

Lucifer est tombé en disgrâce le jour où il a tenté de s’approprier la place de Dieu. Ayant lui-même compris l’importance du culte et toute la force qui en résultait, ce n’est pas un hasard si l’une de ses priorités est désormais de nous pousser à adorer toutes les autres choses, bonnes ou mauvaises, dès lors que ce n’est pas Dieu.

« eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. »(Romains 1:25)

Aujourd’hui, la question que nous souhaitons vous poser est la suivante : à qui ou à quoi vouez-vous un culte dans le secret ? Qui est cette personne ou cette activité qui vole la place qui est due au Seigneur ? Est-ce votre petit-ami, votre console de jeu, votre activité sportive, votre travail, votre quête d’argent, vos enfants ? Qui est ce deuxième dieu qui vous prend tout votre temps et votre énergie et vous empêche d’avancer avec le Seigneur ? Il est temps de détruire les autels, d’être équilibré et d’enfin donner à Christ la place qui lui revient !

A lire aussi :  Dieu m'a confié une mission mais j'ai l'impression de ne pas être à la hauteur. Que faire ?

Notre Dieu est un Dieu jaloux qui ne veut laisser sa place à aucun autre. Il est Celui à qui doit revenir toute la gloire et Celui à qui nous devons donner non pas 90% de notre coeur, mais bien 100%. Si vous savez qu’un deuxième dieu a pris place dans votre vie, nous vous encourageons à entrer dans une repentance sincère et à revenir aux pieds du Seigneur. Il n’est pas trop tard pour corriger cette erreur et redonner à Jésus l’exclusivité !