Découvrez le témoignage de Kim Avery, aujourd’hui chrétienne et consultante en marketing, sauvée par Dieu alors qu’elle désirait mettre fin à ses jours.

Le contexte familial

Je suis née dans une famille non-croyante. Mes parents ont divorcé quand j’avais 12 ans et ma mère s’est remariée à un homme qui avait 3 enfants et qui vivaient avec nous. Leur mariage n’a duré qu’un an. Après leur divorce, je me suis retrouvée seule avec ma mère et ma sœur. A l’âge de 15 ans, j’étais très déprimée et ma vie ne me satisfaisait pas. Le week-end, je sortais avec mes amis. Maintenant que j’y repense, je réalise que je n’avais pas véritablement de raisons de penser au suicide, mais quelque chose m’a quand même amené à prendre cette décision. Je n’étais pas aussi populaire que ma meilleure amie qui attirait l’attention de tous les hommes qu’elle désirait. Elle était en couple et je ne l’étais pas. Je déprimais et me sentais seule. J’ai ainsi commencé à fumer et à boire, et cela m’a rendu encore plus dépressive.

« Je veux quitter ce monde »

Je suis alors tombée dans une spirale de l’enfer et ai sérieusement commencé à réfléchir à la façon dont je pouvais quitter ce monde. Est venu le jour où j’ai décidé de me lancer. J’étais sortie avec mon amie et nous avions rencontré deux types. Ils savaient que nous n’avions pas de voiture et nous ont proposé de nous raccompagner chez nous. Moi et mon amie avons accepté. Cette nuit-là, nous avions tous bu. Mais je ne savais pas que le gars qui conduisait était véritablement ivre-mort. Sur la route, je réfléchissais à la façon dont je me suiciderai une fois rentrée chez moi. Ma mère a toujours eu des problèmes de reins et elle avait toutes sortes de médicaments sur ordonnance dans l’armoire à pharmacie. Il me suffisait donc de prendre tous ses cachets et de les avaler un à un jusqu’à ce que je me sente mal. Lorsque maman se réveillerait le lendemain, je serai morte.

L’accident

Nous n’étions qu’à quelques kilomètres de chez moi, lorsque la voiture dans laquelle nous nous trouvions sortit de la route. Il avait commencé à pleuvoir et je suppose que le conducteur avait dû dépassé la vitesse autorisée. Les seuls propos dont je me souviens sont ceux de son ami hurlant  » Reviens sur la route ! ». Mais c’était trop tard. Nous venions tout juste de percuter un énorme poteau.

Coincée dans cette voiture, je me rappelle m’être dit que j’allais surement mourir là. Je n’aurai donc pas à rentrer chez moi et à prendre toutes ces pilules. Ce serait plus facile. Les choses se passeraient seulement au ralenti. J’ai perdu conscience et lorsque je me suis réveillée, j’ai cru que j’étais à la maison dans mon lit et que je venais de faire un cauchemar. Mais ce n’était pas le cas. Je commençais soudain à me rappeler ce qui s’était passé. J’étais dans une épave. Tout était sombre et je ne pouvais pas voir. J’essayais de bouger, mais je n’y arrivais pas. Tout d’un coup, un sentiment de peur m’a envahi. J’ai essayé plus fort de sortir de l’obscurité mais je ne pouvais pas. Je me croyais morte.

Dieu est venu à mon secours

Mes mots ne peuvent pas décrire à quel point j’étais terrifiée. J’avais voulu mourir et mon souhait s’était réalisé. Mais si la mort ressemblait à cela, aux ténèbres, je n’en voulais ! Je ne voyais rien et étais dans l’incapacité de bouger. J’étais allongée dans l’obscurité totale, la peur au ventre et dans une solitude accablante. Là, je ne sais pas ce qu’il m’a pris, mais j’ai commencé à appeler Dieu :

S’il te plaît Dieu, ne me laisse pas mourir. Je promets d’arrêter de fumer et de boire. Plus jamais je ne penserai au suicide. »

Alors que je priais Dieu, quelque chose d’extraordinaire se passa. Ce jour-là, j’ai eu le sentiment d’avoir été entendue. Je ne saurais l’expliquer clairement, mais Dieu vint rapidement à mon secours et me fit sortir de l’obscurité. De façon miraculeuse, j’ai pu commencer à ramper hors de la voiture et aider mes amis.

Votre vie a du prix aux yeux de Dieu !

Une ambulance nous a emmené à l’hôpital. Je n’étais pas morte et c’était un miracle. Ma tête était ouverte jusqu’au crâne et j’ai eu quelques côtes cassées. Mais Dieu m’a fait grâce. Rares sont ceux qui pensent au suicide et qui osent en parler. Ainsi, quand ces personnes passent à l’acte, tout le monde se retrouve choqué. Ils ne savaient pas que la personne était autant déprimée. Quand j’ai décidé de me suicider, je n’ai rien dit à personne, pas même à ma meilleure amie. Le seul qui connaissait mes pensées et ce que j’avais l’intention de faire était Dieu. Si je ne m’étais pas retrouvée bloquée dans cette carcasse de voiture, je me serais suicidée et serais morte aujourd’hui, mais Dieu ne m’a pas laissé faire. Il m’a sauvé alors que j’étais couchée là, dans cette obscurité terrifiante. Je pense qu’il m’a montré l’endroit dans lequel je me serais retrouvée si je m’étais donnée la mort. J’aurais été en enfer. Peut-être que que je me suis d’ailleurs retrouvée face aux portes de cet endroit insoutenable, et c’est pourquoi je me suis sentie si horrifiée. Une chose est sure, je ne souhaite jamais y retourner !

J’exhorte toute personne qui pense au suicide à demander de l’aide. Croyez-moi, personne ne veut expérimenter ce que j’ai vécu. Je suis tellement reconnaissante envers Dieu. Ma vie compte pour Lui et Il me l’a prouvé. Je suis maintenant adulte, mère de deux enfants et mariée à un homme merveilleux. Ma vie a été pleine d’épreuves, mais Dieu a toujours été là pour moi, et ce même quand je ne le savais pas.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here