Fleurs, signes tribaux, prénoms, septum, nez ou nombril… dans notre société actuelle, tatouages et piercings sont on ne peut plus à la mode ! Pratiqués depuis la nuit des temps, tous deux se sont banalisés au fil des siècles, si bien qu’il est aujourd’hui possible d’avoir recours à ces pratiques très jeunes. Anciennement symbole identitaire, ils sont aujourd’hui associés à des réalités d’apparence bien différentes. Les tatouages et piercings sont-ils inoffensifs ? Quelles réalités spirituelles se cachent derrière ces pratiques ?

Tatouages et piercings, une « mode » très ancienne

Le tatouage est pratiqué depuis plusieurs milliers d’années dans le monde entier. Pour de nombreuses civilisations, il était même considéré comme un rite de passage à l’âge adulte à cause de la douleur endurée lors de sa réalisation. Utilisation souvent passée sous silence mais pas des moindres, le tatouage était aussi une façon d’identifier les esclaves, les prisonniers ou les animaux domestiques.

Le piercing ou perçage est quant à lui une pratique consistant à percer une partie du corps. Le mot est issu de l’anglais to pierce, qui signifie « percer ». La pratique de la perforation du corps pour y insérer un ornement est ancienne. La perforation des oreilles par exemple existe depuis l’Antiquité. S’il est aujourd’hui généralement une pratique esthétique, il servait avant à marquer les esclaves.

A notre époque, le piercing et le tatouage se sont répandus dans toutes les couches de la population. Concernant le tatouage, la dernière étude réalisée par l’Ifop nous apprend qu’en 2010, 10% de la population française était tatouée. Les chiffres concernant les piercings sont quant à eux peu connus. En Grande-Bretagne, près de 10 % des adultes seraient percés, dont 50% des femmes de moins de 24 ans.

Ce qu’en dit la Bible ?

Dans l’Ancien Testament, la loi commandait aux Hébreux:

“Vous ne ferez point d’incisions dans votre chair pour un mort, et vous n’imprimerez point de figures sur vous. Je suis l’Éternel.” (Lévitique 19:28).

Bien que les chrétiens ne soient plus soumis à la loi de l’Ancien Testament (Romains 10:4), le fait qu’il y ait dans la Bible, un commandement interdisant les tatouages et piercings doit faire réfléchir. Si la loi de Moïse l’interdisait, c’est parce qu’à l’époque, ils étaient synonymes d’esclavage. Mais est-ce la seule raison ?

A lire aussi :  Top 8 des fausses excuses que l'on se trouve pour ne pas prier
Afficher l'image d'origine
Esclaves nubiens, détail d’un bas-relief du tombeau du pharaon Horemheb.

La réalité spirituelle derrière les tatouages et piercings

Connaissez-vous la signification du mot « tatouage » ? En Tahitien, la racine du mot « ta » signifie « dessin » et atua signifie « esprit».  Ce n’est pas une coïncidence si dans certains pays, le tatouage fait partie de rites traditionnels. En Asie du Sud-Est par exemple, le tatouage est pratiqué par les moines bouddhistes ou les prêtres brahmanes. Il est appelé Yantra , qui signifie art du tatouage. Ces tatouages sont considérés comme « magiques » et donnent à leur porteur des pouvoirs de protection et de bénédiction. Ils sont très fréquents au Laos, au Cambodge, en Birmanie et surtout en Thaïlande. Au delà d’une simple transformation physique, le tatouage est un acte spirituel. Comme sa signification même l’indique, le tatouage est une adoration spirituelle, mais malheureusement, pas de Dieu. Notre peau n’est pas censée être marquée par une quelconque encre. D’ailleurs, n’oubliez pas que lorsque la Bible évoque une marque cutanée, c’est en référence au signe de la bête ou 666 que l’Antéchrist imposera à tous.

« Et nul ne pourra acheter ou vendre, s’il ne porte la marque, le nom de la bête ou le chiffre de son nom. C’est le moment d’avoir du discernement : celui qui a de l’intelligence, qu’il interprète le chiffre de la bête, car c’est un chiffre d’homme : et son chiffre est six cent soixante-six. » Apocalypse 13:18

Quant au piercing, il est également très peu recommandable. La Bible évoque le fait que les femmes juives étaient percées. Mais il s’agit des vestiges de leur ancien esclavage. Aujourd’hui encore, les piercings font partie de rituels traditionnels dans certains pays. À Singapour, lors de la « fête du Taipoussan », chacun personne, pour implorer le pardon, doit porter une charge proportionnelle de piercings, et les exhiber à la communauté lors d’une procession en ville. Aujourd’hui de nombreux sociologues assimilent le piercing chez les adolescents à une sorte de rituel de passage à l’age adulte, mais aussi comme une signe de rébellion !

Bien que d’apparences inoffensives, tatouages et des piercings ont des impacts spirituels non négligeables. Beaucoup de leurs adeptes diront que le but n’est pas spirituel et qu’ils font cela juste « pour le fun ». Mais là est le piège de ces pratiques: vous faire croire que vous êtes libres de faire ce que vous voulez avec votre corps, et qu’il n’y aucune incidence spirituelle.

A lire aussi :  Je ne supporte plus le silence de Dieu dans ma vie. Que faire ?

Notre corps appartient à Dieu

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. (1 Corinthiens 6:19-20)

Nous n’avons pas la pleine liberté de faire ce que nous voulons de notre corps. Il est important de garder en tête que le Saint-esprit a élu résidence en nous, et en cela, notre corps est un temple sacré. Vous permettriez-vous de tagger votre église, ou de faire des trous dans ses murs ? Et bien avec votre corps, c’est la même chose. Cette grande vérité devrait avoir un impact réel sur la façon dont vous traitez votre corps. Si celui-ci appartient à Dieu, nous devons nous assurer que nous avons Sa « permission » claire avant que nous ne le marquions avec des piercings ou des tatouages.

« Tout est permis mais tout n’est pas utile. » déclare l’apôtre Paul. Il n’est pas ici question de vous imposer une interdiction qui n’est pas clairement écrite dans la Bible. De plus, la Parole déclare qu’il est important d’avoir la conviction de chaque chose que nous faisons ou ne faisons pas. Alors si vous ne doutez toujours pas de la légitimité de ces pratiques, posez-vous les simples questions suivantes: un piercing ou un tatouage est-il vraiment nécessaire à votre croissance spirituelle ? Est-ce indispensable à votre bien-être ? Cela va-t-il glorifier Dieu ? Jésus, le modèle par excellence, aurait-il pu adopter cette mode ?

Pour clôturer cet article, nous défendrons l’idée selon laquelle un chrétien spirituel doit se tenir à l’écart de telles pratiques. Et le fait que le tatouage voulu ait une connotation chrétienne ne change rien à cela. Nul besoin d’un tatouage pour montrer au monde que vous êtes chrétiens.

SHARE