Le passage de Luc 23 qui relate l’épisode des brigands à la croix, met le doigt sur deux catégories de pécheurs représentées par ces deux brigands : le pécheur repentant et le pécheur impénitent ! Que retenir de ces 2 personnages ?

Le tribunal et la justice des hommes avaient condamné à mort ces deux malfrats ; mais la grâce et la justice de Dieu ont acquitté l’un des deux ! Ces deux brigands représentent la situation de tout homme avant sa rencontre avec Jésus. Et pourtant Dieu veut que tous les hommes soient sauvés quels que soient leurs passés et le jugement rendu par les tribunaux des hommes ! Mais il sauvera tout naturellement, ceux qui se repentent et se tournent vers Jésus. Car il n’y a de salut en aucun autre nom sinon celui de son fils.

Vous remarquerez de vous-même que l’un deux brigands est resté moqueur, insensible, incorrigible, inflexible, injurieux et impénitent jusqu’à la mort ! Cet homme n’a eu ni remords, ni regret et n’a eu aucun état d’âme ! Alors, permettez que nous ne nous attardons pas sur son cas ! Venons-en au deuxième que l’on qualifierait de veinard. En effet, celui-ci n’aurait jamais pu imaginer que c’était cloué sur un bois rugueux et à quelques minutes de sa mort qu’il croiserait le regard de Jésus et qu’il entendrait ces paroles qui lui permettront de passer directement de la croix au paradis et de rentrer dans
l’histoire ; et de confirmer ainsi ce verset des écritures : Maintenant, il n’y a aucune condamnation pour tous ceux qui sont unis à Jésus-Christ (Romains 8:1). Et l’on se demande toujours deux mille ans après comment cela a pu arriver ? La Bible déclare dans Romains 10:14 :

Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ? Et comment entendront-ils parler de lui, sans prédicateurs ? Et comment il y aura des prédicateurs s’ils n’ont été envoyés ?

Avez-vous remarqué que cet homme ne pouvait plus se servir ni de ses mains ni de ses pieds qui étaient tous attachés et cloués sur un bois ! Mais Dieu merci, il pouvait encore se servir de son cœur, de ses yeux et de sa bouche. La bible déclare dans Romains 10:9 à 10 que c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut…

A lire aussi :  4 voies d'accès qui peuvent permettre à l'ennemi d'entrer dans votre vie

1) Le brigand s’est servi de son cœur :

Son cœur de pierre fut transformé instantanément en un cœur de chair ; en effet l’homme a repris son autre collège avec qui il se moquait de Jésus ; pour nous déclare t-il : « C’est justice car nous subissons ce que méritaient nos crimes, alors que ce Jésus n’a rien fait qui mérite cette pendaison et cette crucifixion… »

2) Le brigand repenti s’est servi de ses yeux :

C’est à partir du moment il où il se mit à se repentir que ses yeux furent attirés par l’écriteau posé sur la tête de Jésus : Celui-ci est le roi des juifs ! Le brigand mit aussitôt son intelligence en action et fit la déduction suivante : Si ce Jésus est Roi alors il est capable de par sa royauté, de par sa majesté et de par son autorité, de par sa puissance de m’accorder une faveur !

3) Le brigand repenti s’est servi de ses oreilles :

Cet homme a aussi mis ses oreilles à contribution lorsqu’en se moquant de Jésus les scribes et les chefs religieux disaient à propos de Jésus : Il a sauvé les autres ! Cette parole n’est pas tombée dans les oreilles d’un sourd. C’est ainsi que le brigand a déduit : S’il a sauvé les autres, il peut me sauver !

Le salut est un choix personnel qui repose sur l’oeuvre accomplie par le CHRIST sur la croix pour tous les hommes, y compris pour les deux brigands de notre évangile. L’un a pris la bonne option et le deuxième l’a rejetée. Le choix a toujours été constant dans l’histoire des hommes. Tout n’est que par grâce et c’est ce qu’a expérimenté cet homme de notre évangile. Cette faveur imméritée est pour vous aussi qui lisez ces quelques lignes. Si Jésus a accordé sa grâce à ce bandit des grands chemins, il peut aussi vous l’accorder à condition que vous vous repentez de tous vos péchés et que vous vous convertissez en l’acceptant à l’instant même comme votre Seigneur, votre sauveur et en déclarant comme ce malfaiteur : Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton règne. Nos efforts, nos œuvres et notre justice sont inutiles, mais la grâce de Jésus est suffisante et souveraine. Elle seule comble nos insuffisances, nos carences, nos déboires et nos déficits ! Amen, amen et amen.