Musiques chrétiennes et musiques mondaines: quels dangers ?

MUSIC

Ah la musique !  Comment s’en passer ? Dans les transports, à la télé, au centre commercial, pour faire du sport, la musique est partout autour de nous et bien plus encore ! A l’Eglise, elle nous permet   de louer, d’adorer et de glorifier Dieu. Notre Père céleste aime la musique. Il en est d’ailleurs le créateur… jusqu’à ce que cet art ait été  détourné au profit du monde. C’est pourquoi celle-ci  peut s’avérer inconsciemment dangereuse.

Aux origines de la musique

La musique a été créée par Dieu, afin que ses créatures puissent le louer et l’adorer par des chants et des cantiques. Nombreux sont les versets qui témoignent de l’importance de cet art dans les cultes rendus à Dieu.

« Ils chantaient, célébrant et louant l’Eternel par ces paroles: « Car il est bon, car sa miséricorde pour Israël dure à toujours ! Et tout le peuple poussait de grands cris de joie en célébrant l’Eternel, parce qu’on posait les fondements de la maison de l’Eternel. » Esdras 3:11

On sait aussi qu’au ciel, le diable (appelé alors Lucifer) était responsable de la musique. Mais vous connaissez son histoire…

« Ta magnificence est descendue dans le séjour des morts avec le son de tes luths; Sous toi est une couche de vers et les vers sont ta couverture. » Esaïe 14:11

Notez donc ici que la musique est un outil que l’ennemi connaît à la perfection, puisqu’au ciel, il en avait la direction. Il le maîtrise et sait de quelle façon l’utiliser pour nous attirer à lui.

Une musique mondaine omniprésente

La  musique est aujourd’hui omniprésente. Il en existe de tous les genres et styles, jouée par des instruments très nombreux. Qui peut affirmer ne pas aimer la musique ? Elle  est indispensable pour égayer nos journées, nos soirées, pour passer du bon temps… Merci Seigneur pour la musique ! Cependant, nous devons  faire attention. La musique nous environne tellement que l’on ne prête parfois plus attention à ce que l’on écoute. Pire encore, la musique est tellement présente que l’on peut la croire   anodine et inoffensive. Et bien détrompez-vous ! La musique a un fort pouvoir d’influence. Derrière chaque style, derrière chaque artiste, derrière chaque groupe de musique se cache un esprit, une inspiration. C’est pourquoi une certaine chanson créera une atmosphère douce, une autre encore une atmosphère triste…

Les paroles des musiques sont-elles inoffensives ?

Oui, les paroles des musiques que nous écoutons influencent notre état d’esprit et notre attitude. Une musique remplie d’injures et de propos grossiers vous donnera envie… d’insulter à votre tour. Une musique aux paroles indécentes (sexe, drogue, alcool), vous donnera aussi envie de pratiquer ces activités. Peut-être pas sur le moment, mais soyez assurés qu’à long terme, ces paroles finiront par vous influencer. Ne vous pensez pas « in-influençable » et ne vous dites pas que ce ne sont « que des paroles ». Elles ont bien plus de poids que ce que vous ne pensez. Chaque mot, chaque phrase, chaque verbe a un impact. Si ce n’était pas le cas, pourquoi la Bible insisterait tant sur le pouvoir de la langue  ? (Jacques 3, Proverbes 18…)

Des dangers spirituels plus profonds

Certaines musiques, même d’apparence inoffensives, ont pour but de nous communiquer de mauvais esprits. On ne sait jamais avec quelles intentions telle chanteuse ou tel artiste écrit un morceau. C’est pourquoi, un chrétien devrait se passer d’écouter de la musique mondaine. En effet, non seulement celle-ci ne glorifie pas Dieu, mais en plus elle peut nous communiquer de mauvaises pensées, et ce même si les paroles semblent « normales ». Prenons l’exemple de la musique classique. Ce style de musique souvent sans paroles peut sembler inoffensif. Pourtant, saviez-vous par exemple, que Mozart était franc-maçon, et que certaines de ses musiques était destinées à des rites maçonniques ? Tout comme un artiste peut dédier sa musique à Dieu, il peut à l’inverse la consacrer au diable. C’est pourquoi il n’est pas bon pour un chrétien d’écouter de la musique mondaine.

Pourquoi il est si difficile de s’en débarrasser ?

Il est très difficile d’abandonner la musique mondaine et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elle nous environne constamment. Deuxièmement, nous avons généralement beaucoup d’amis ou proches dans le monde qui écoutent ce genre de musique. Troisièmement, nous baignions  dans la musique mondaine depuis tout petit et avant d’être convertis, nous en écoutions tous les jours. Enfin, le diable est très rusé et la musique est une des armes qu’il maîtrise le mieux. Elle dispose d’une influence incontestable sur nous et il est ainsi très difficile de résister à l’envie d’écouter le nouveau succès d’un tel, où le dernier album de ce chanteur que l’on aimait tant.

Quelques solutions

Dans un monde où la musique mondaine est inévitable, comment réussir à ne plus en écouter ? Voici quelques solutions pour vous aider à vous en détacher:

  • La prière: demandez à Dieu de vous délivrer de l’emprise de la musique mondaine. Lui seul peut vous aider à vous en débarrasser définitivement

  • Arrêtez progressivement: il ne s’agit pas de supprimer d’un coup les 200 musiques mondaines que vous avez sur votre téléphone. Vous pouvez le faire mais il y a 70% de chances que vous retombiez dedans plus tard. Arrêter donc d’écouter ces musiques petit à petit. Supprimez- les au fur et à mesure.

  • Évitez les soirées mondaines pour ne pas craquer.

  • Partez à la recherche de nouvelles chansons chrétiennes, vous serez surpris de  leur diversité !

Attention à certaines musiques chrétiennes !

C’est un point bien malheureux mais que nous nous devons d’aborder. Toutes les musiques de Dieu ne sont pas forcément à Sa gloire. Un chant qui parle du Saint Esprit, de la Bible ou de la puissance de Christ n’est pas fondamentalement chrétien. Ici, il faut  s’intéresser à l’artiste chrétien en question. Quel est son témoignage, sert-il vraiment le Seigneur sans compromis ? Faites aussi attention au style de la musique. Jésus pourrait-il chanter cette chanson ? Les anges au ciel adorerait-il le Père par le biais de cette musique ? Que ressentez-vous en écoutant cette chanson, vous édifie-t-elle ? Faites preuves de discernement  !

La musique oui, mais celle qui loue Dieu !

Dieu aime la musique. Il ne s’agit  pas ici de vous interdire d’en écouter, mais au contraire, de vous pousser à vous tourner vers la véritable musique à savoir, celle inspirée de Dieu et qui n’a pour but que Sa gloire ! Internet regorge de chansons chrétiennes qui pourront vous bénir. Tout ce que vous avez à faire, c’est de partir à leur recherche. Farfouillez sur youtube, demandez à vos frères et sœurs chrétiens de vous partager leur playlist, déplacez-vous dans des librairies chrétiennes… Bref, ne vous inquiétez pas, même en abandonnant la musique mondaine, vous ne manquerez pas de « bons sons » !


More from chretienslifestyle

10 techniques utilisées par l’ennemi pour vous atteindre !

1 Pierre 5:8 déclare que "notre adversaire, le diable, rôde comme un...
Read More

11 Comments

  • Je ne suis pas d’accord.
    La musique c’est comme la viande sacrifiée aux idoles: détournées de Dieu au départ car non sacrifiées pour Dieu mais licites à la consommation. Certes il vaut éviter certaines paroles, certains clips musicaux etc… mais là il s’agit d’un excès que vous prônez. Ce n’est pas parce que la seule musique citée dans la Bible est celle qui loue notre Seigneur que les autres sont illicites. C’est comme l’alcool, tout est une question de mesure et de reflexion.
    Amitiés fraternelles.

  • voici un résumé du podcast que j’ai mis en lien

    Pour commencer, il faut définir musique chrétienne et non-chrétienne. Dans son livre Center Church (p. 109), Tim Keller rappelle que « Chaque culture humaine est un mix extrêmement complexe de vérité brillante, de demi-vérités entachées et de vive résistance à la vérité. Chaque culture comprendra un certain discours idolâtre. Et pourtant, chaque culture aura en elle quelque trace de la vérité de Dieu. » Il faut prendre en compte la doctrine du péché et la doctrine de la grâce commune pour comprendre cela.

    Est-ce que c’est sage?

    Ensuite, ce genre de questions voudrait une réponse claire, tranchée, valable pour tout le monde. Je ne pense pas que dans ce genre de domaines, une même règle soit applicable pour tous.
    Les chrétiens aiment bien les barrières et les règles établies, c’est plus simple à gérer.
    Parfois la question n’est pas de savoir si c’est permis, mais si c’est sage. La liberté chrétienne nous laisse la responsabilité de nous placer devant Dieu et d’agir selon sa Parole, son Esprit et en tenant compte de notre personnalité, de notre passé, de notre sensibilité etc.

    Deux extrêmes à éviter

    (1) Un hermétisme légaliste qui bannirait toute musique et (2) un manque de discernement laxiste qui dirait oui à tout et n’importe quoi.
    Nous devons exercer notre discernement et reconnaitre l’influence que peut avoir la musique: qu’il ne faut (1) ni négliger, (2) ni sous-estimer. Souvent on tombe dans un extrême ou un autre: soit on minimise le péché, soit on minimise la grâce commune.

    Je cite Calvin:

    Lorsque nous discernons chez les écrivains païens une admirable lumière de vérité, nous sommes exhortés à reconnaître que la nature humaine, bien que déchue de sa perfection et très corrompue, est cependant comblée de nombreux dons de Dieu. Si nous admettons que l’Esprit de Dieu est comme la fontaine unique de vérité, nous ne mépriserons pas la vérité où qu’elle apparaisse, autrement nous ferions injure à l’Esprit de Dieu. Sous-estimer les dons de l’Esprit revient à mépriser et humilier l’Esprit.
    Calvin, Institution Chrétienne, 2.2.15

    Calvin nous met en garde: toute vérité, toute bonté et toute beauté est dérivée de Dieu, qui en est la source et la mesure. Rejeter tout en bloc c’est rejeter la part de beauté et de vérité qui reste dans la culture, par la grâce de Dieu, et qui pointe vers lui.
    Je dirais donc que la première chose, c’est reconnaitre l’influence relative (mais réelle) de la musique sur nous.

    Répondre de manière individuelle et spécifique

    Individuelle: beaucoup aimeraient une réponse qui serait adaptée à tout le monde et beaucoup prennent leur réponse comme la norme pour tous les chrétiens. Mais devant telle ou telle musique, nous ne sommes pas égaux.
    Spécifique: dans son rapport à la musique, et surtout au XXème siècle, les chrétiens qui ne voulaient pas se mélanger avec le monde ont souvent adopté une posture de repli et ont rejeté des styles de musique. Je ne pense pas que ce soit la manière la plus sage et la plus biblique. Comme il est sage d’adapter notre réponse à notre personne, il est aussi sage de se poser des questions sur des morceaux ou des œuvres en particulier et non sur des styles. Par exemple, il y a des morceaux de rap que j’éviterais d’écouter, à cause des paroles, alors que je pourrais en recommander d’autres. Les deux sont du même genre musical, mais ce que le morceau véhicule est totalement différent.
    Ce que je propose, c’est que chacun puisse se poser les questions suivantes, pour déterminer s’il est sage d’écouter telle ou telle musique.

    6 questions pour aider notre discernement
    #1. Est-ce que cette musique me pousse à pécher, en actes ou en pensées?

    La première question que l’on devrait se poser est peut-être la plus directe. Si écouter une musique me pousse à pécher, alors je ne devrais pas l’écouter.

    #2. Est-ce que ma conscience me reprend?

    Notre conscience nous alerte parfois sur ce que nous écoutons. L’Esprit de Dieu travaille en nous et nous rend plus sensible à la volonté de Dieu. Si ma conscience me reprend, est-ce que je l’écoute ou est-ce que je l’étouffe?

    #3. Est-ce que mon entourage me reprend?

    J’ai déjà dit que nous ne sommes pas tous sensibles aux mêmes choses et que chacun doit faire des choix sages en ce qui LE concerne. MAIS, si nos amis, ou notre entourage est d’accord qu’il y a un problème avec ce que nous écoutons (en quantité ou en qualité), il y a peut-être un problème.

    #4. Dans quelle mesure ce que j’écoute m’affecte?

    On peut, parce qu’on se sur-estime ou qu’on sous-estime l’influence de la musique, penser qu’elle ne nous affecte pas. Mais parfois, il est préférable de regarder les effets plutôt que le contenu. Un même contenu pourra avoir des effets différents sur des personnes différentes.
    Quels effets cette musique produit sur moi? Dans quelle mesure elle modifie mon comportement? Est-ce qu’elle me rend trop triste? Violent?

    #5. À quels désirs cette musique fait-elle écho?

    Si la musique nous touche, c’est parce qu’elle nous parle. Il faut se demander quels points sensibles elle touche. Est-ce que les désirs auxquels elle fait écho en sont de bons? Si la musique vient nous toucher et révèle des choses qui relève du péché, il y a un danger.

    #6. Quel est le contenu de la musique que j’écoute?

    On aurait tendance à mettre cette question en premier. Mais en faisant cela, beaucoup concluraient que si le contenu est OK, il n’y a pas d’autres questions à se poser.
    Il faut évidemment se demander quel est le message véhiculé par ce qu’on écoute, en sachant que la vision du monde véhiculée va venir nous façonner.
    On peut se demander: (1) Comment cette musique décrit-elle le monde dans lequel on vit? (2) Quelle est la solution proposée au problème de l’homme? (3) Comment cette musique décrit-elle le péché? Est-ce qu’elle transforme le mal en bien ou décrit-elle le péché comme il est: moche et destructeur? (4) Plus que le contenu, quelle est la vision du monde véhiculée dans ce morceau? Comment fait-elle écho à la vision du monde biblique? Comment reflète-elle la vérité biblique? À quel mensonge du morceau doit-on opposer la vérité de l’Évangile?

    Dans son livre Stories We Tell (p. 55) Mike Cosper relate ce que lui disait un autre auteur, Harold Best. Ce dernier lui faisait remarquer qu’en vieillissant, il devenait simultanément plus convaincu de sa liberté dans l’Évangile de se confronter à la culture, et de son propre péché. Le résultat était que, en même temps qu’il croyait dans une grande et profonde liberté en Christ, il exerçait cette liberté dans une mesure beaucoup plus limitée que quand il était jeune.
    Ce témoignage m’a touché. Il m’a rappelé que la vraie liberté s’exerce souvent non pas dans ce que nous faisons, mais dans ce que nous choisissons de ne pas faire. Ne pas faire quelque chose, c’est affirmer que nous sommes libres et que nous ne voulons pas nous laisser asservir par quoi que ce soit.

  • Il est intéressant de voir comment le sujet est traité, toutefois selon moi exclure toute musique « mondaine » sans discernement ne me semble pas approprié. Je suis tout à fait d’accord avec l’avis de #Séb et mon mot maître c’est DISCERNEMENT. Nous n’avons pas tous la même sensibilité, la même personnalité, le même passé et donc l’influence que la musique a sur nous n’est pas la même.
    Je vous propose d’écouter ceci (Un article publié sur le blog le Bon Combat) qui résume bien mes pensées sur comment écouter de la musique.

  • Bonjour,

    Je trouve génial que vous attiriez l’attention sur l’importance de la musique que l’on écoute quotidiennement sans forcément se rendre compte de l’impact qu’elle a sur nos vies. Ayant personnellement vécu des expériences négatives avec la musique que vous appelez « mondaine » et étant moi-même musicien je trouve essentiel d’avertir!
    Par contre, je continue toujours à en écouter et même beaucoup, j’ai appris à sélectionner ce qui me correspondait le mieux. Et étant également musicien je trouve essentiel de connaître la musique dite « du monde », cela me donne un bagage qui me donne une certaine crédibilité envers mes amis non-chrétiens. En plus de cela, plusieurs sons ou arrangements m’inspirent et mon groupe de louange également, c’est un puit de richesses incroyables!
    Je ne pense pas qu’il faille tout jeter, il faut simplement être en paix avec ce que Dieu nous dit, écouter avec nos tripes, être responsable.

    Peut-être que la grosse erreur des chrétiens des dernières années a été de dire qu’il ne fallait plus écouter de musique autre que chrétienne, du coup nous nous sommes cloisonnés dans nos propres connaissances en oubliant un monde qui évolue à une vitesse exceptionnelle. Actuellement, beaucoup d’artistes chrétiens, ne sont écoutés plus que par… des chrétiens! Comment allons-nous influencer nos amis du monde à travers la musique? Quels sont les moyens que nous avons à disposition?

    J’espère apporter quelques petites nuances à votre article. Que l’amour du Christ vous accompagne!

    Séb

  • Si je comprends bien, toute musique n’adorant pas Dieu, quel qu’en soit le contenu, même les chansons pour les oeuvres de charité. Mais j’aimerais savoir, Comment considérez-vous les hymnes ?

  • Excusez moi, mais je me demande il n’ya pas de chanson d’amour chrétiens ? ?genre pour le fiançailles ou même marié, oui on peut trouver genre pour le jour du mariage mais…

    • Réponse /RACHEL
      Il n’existe pas de chanson d’amour chrétienne pour son amoureux car à la base on est pas créé pour adorer un « homme » mais pour adorer Dieu seul donc il existe de chansons d’amour chrétienne uniquement pour exprimer l’amour qu’on a pour « Jésus »
      Je te file Quelques titres; -Mon Jésus, mon tout
      -instant d’amour
      -dans tes bras d’amour
      Et puis il y en a plein d’autre, je t’invite à faire un tour sur YouTube… 😊

      • Et le Cantique des Cantiques, malgré ses multiples niveaux d’interprétation mystique, qu’est-ce à la base sinon le chant d’amour d’une femme pour un homme ?
        « Né réveillez pas, ne réveillez pas l’amour avant qu’elle le veuille ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *