Interview: Prisca Lolenga, 20 ans, et un album pour le Seigneur en préparation

12729026_1694707194078254_6893820011177519448_n

La musique et l’évangélisation. A à peine 21 ans, tels sont les deux terrains d’attaque de la jeune congo-belge Prisca Lolenga. Facebook, Twitter, Instagram, la jeune femme est très présente sur les réseaux sociaux où elle prodigue exhortations et conseils aux nombreux chrétiens qui la suivent. Mais son zèle est loin de s’arrêter à la sphère Internet. Prisca Lolenga, c’est aussi une chantre de l’Eternel. La jeune fille à décidé de mettre sa belle voix au service du Seigneur notamment par le biais de soirées de louanges et d’adoration qu’elle organise. A l’occasion de la sortie de son album cette année, Chrétiens Lifestyle a décidé de s’intéresser à cette jolie jeune femme active pour le Seigneur.

Bonjour Prisca, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Prisca Lolenga et j’habite à Anvers en Belgique. Je suis étudiante en Tourisme. Je n’ai pas vraiment d’activités si ce n’est le ministère que Dieu m’a donné, mais j’aime beaucoup lire. Alors lorsque j’ai du temps libre, je m’adonne à la lecture de livres de littérature chrétienne.

Peux-tu nous raconter brièvement ton témoignage ?

Née d’une famille chrétienne, je suis la cadette d’une famille de 6 enfants. J’ai 3 grands frères et 2 grandes soeurs. Après avoir eu ma grande soeur, ma mère ne voulait plus d’enfants. Elle et moi nous avons une différence de 11 ans. Quand ma mère a appris qu’elle était enceinte de moi, cela n’a pas été un sujet de joie. Elle se lamentais en disant à Dieu « 11 ans après , encore un enfant ? Moi qui ne voulait plus en avoir ». Puis un jour, un homme de Dieu est venu à la maison et ils ont commencé à prier ensemble. Dieu a commencé à parler à ma mère au travers cet homme. Il lui a révélé que je servirai le Seigneur. Cette parole a apaisé ma mère qui est ensuite entrer en retraite. Elle a demandé à Dieu « si elle vient réellement de toi qu’elle soit métisse et que je puisse accoucher d’elle aux Etats- Unis ». Elle a aussi énormément prié pour ma vie  et pour le ministère que Dieu me donnerait. Par la grâce de Dieu, je suis née aux Etats-Unis dans le New-Jersey, je suis métisse (rires) et je sers le Seigneur. Mais cela n’a pas été facile. Vous savez, lorsque Dieu vous choisi , le diable le sait et il cherche toujours à vous éloigner de votre destinée. Il a envoyé beaucoup de personnes dans le but de me détruire. J’ai grandi avec des blessures intérieures. Dans la ville où j’habite, j’ai été sujette aux moqueries, surtout de la part de la communauté congolaise. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi. Je recevais beaucoup de paroles de malédictions (elle n’aura jamais de diplôme, elle aura des enfants avant le mariage…). La période entre mes 13 ans et mes 17 ans a été la plus difficile de ma vie. Ma mère me disait toujours de ne pas répondre à mes détracteurs mais simplement de prier afin que Dieu agisse. J’aimerais d’ailleurs la remercier car elle m’a toujours soutenu et a cru en moi lorsque personne ne le faisais.

A cette période, j’allais à l’église et chantais à la chorale sans avoir de réelle intimité avec Dieu. Je chantais juste pour chanter, je ne connaissais pas le Dieu de la bible. Je voulais me venger de toutes les personnes qui disaient de mauvaises choses à mon égard. Je n’étais pas très disciplinée: je rentrais tard à la maison, je traînais avec des copines dehors… Puis un jour, Dieu a utilisé une servante de Dieu pour me briser. Lorsqu’elle m’a parlé, j’avais très mal au coeur. C’était comme ci on on me donnait des coups de marteaux. C’est à partir de cet instant que j’ai rencontré le Seigneur de façon personnelle. C’était en janvier 2013 , j’avais 17 ans. Le brisement de Dieu n’a pas été facile. Lorsque j’ai décidé de me donner à lui à 100%, beaucoup de jeunes de mon entourage ne m’ont pas compris.  J’ai dû essuyer les moqueries et les insultes sur les réseaux sociaux où on me traitait de « sainte » ou de « soeur Jesus » (rires).  Mais je remercie le Seigneur car à travers ces épreuves, son Esprit Saint m’a fortifié et il continue encore aujourd’hui. Il y a beaucoup à dire par rapport à ce témoignage mais ceci est l’essentiel. Cela fait 3 ans que je sers Dieu de tout mon coeur et de toutes mes forces, et je ne regrette pas d’avoir choisi son chemin.

Quels sont le ou les projets que Dieu t’as mis à cœur ? Un ministère ?

 Le premier projet que Dieu m’a mis à coeur, c’est d’organiser des soirées d’adoration. Nous avons déjà eu 2 soirées d’adorations en 2013 et en 2014. En 2015, nous avons dû repousser. Et pour cette année, le Seigneur ne nous a pas encore donné la date exacte. Je ne fais pas les choses sans l’accord de Dieu alors j’attends son feu vert. Dieu m’a mis à  coeur beaucoup d’autres projets, mais je ne peux pas encore tout dévoiler.

Tu es une chantre, comment définirais-tu ce rôle ?

Nous ne chantons pas pour faire entendre nos belles voix. Nous ne sommes pas non plus dans un concours de chant. Notre but est d’emmener le peuple de Dieu dans l’adoration. Cela est possible si nous avons une intimité avec Dieu. Ce que nous recevons dans le secret, nous le transmettons au peuple de Dieu lorsque nous élevons nos voix. La bible déclare que lorsque David jouait de la harpe, les esprits impurs qui dérangeaient Saül le quittaient. Nous devons être des David. Par nos chants, le peuple de Dieu doit être délivré, guéri, restauré, béni etc.

Y’a-t-il des choses que tu reproches aux chantre aujourd’hui ?

Aujourd’hui, les chantres ne veulent plus faire du Saint-Esprit leur source d’inspiration. Ils écoutent les artistes mondains afin d’être inspirés. Certains veulent même s’enrichir sur le dos de Dieu. Ils demandent de grandes sommes d’argent avant de monter sur scène. Certes, l’oeuvre se veut nous bénir comme le dit la Bible, mais la priorité est de servir Dieu. Si ceux qui nous ont invité souhaitent nous bénir, gloire à Dieu. Mais ne les obligeons à nous donner une certaine somme d’argent. Dieu ne nous bénis pas seulement financièrement, Il peut aussi le faire de plein d’autres façons. Enfin, la dernière chose que je reprocherais au chantre est le fait de venir à un concert ou un culte juste pour chanter, et ensuite repartir. Beaucoup restent dehors durant la prédication. Au moment de chanter, ils montent sur scène, font leur prestation puis repartent. Nous devons réellement changer nos habitudes. Les chantres aussi ont besoin d’être enseignés au travers de la Parole de Dieu. Ne chantons pas seulement, apprenons aussi à écouter Sa parole.

Quels conseils donnerais-tu à tous ceux ou celles appeler à ce ministère ?

Il faut craindre Dieu et avoir une intimité avec lui . De plus, il faut absolument vivre ce que nous chantons. Nous ne pouvons pas chanter  » Tu es Saint, Tu es amour   » et à côté vivre selon les désirs de la chair.

A côté de ton ministère de chantre, tu évangélises aussi beaucoup sur les réseaux sociaux. Pourquoi l’évangélisation te tient-elle autant à cœur ?

Aujourd’hui, le monde entier se trouve sur les réseaux sociaux. Au lieu d’utiliser les réseaux pour faire ce qui est mal, moi j’ai préféré évangéliser. Au début, ce n’était pas facile. Les gens sont plutôt habitués à lire ou entendre des choses bien différentes de la Parole de Dieu. Mais lorsque j’ai vu que beaucoup de personnes étaient touchés par mes petites exhortations, cela m’a motivé à continuer.




 Tu n’as pas peur des critiques ou avis négatifs des gens sachant que tu as énormément de monde qui te suivent ?

Je n’ai pas peur des critiques car je ne suis ni la première ni la dernière.  Avant, cela me faisait énormément de mal, mais maintenant, ça ne m’atteint plus. Je suis souvent critiquée mais comme dit un proverbe en lingala  » Ba betaka kaka libanga na ba mbuma oyo etela  » (On ne lance que des pierres aux fruits mûrs).

Il fut un temps où j’étais « LA cible de critiques » sur twitter (rires).   Mais le Seigneur a dit un jour, si tu veux plaire aux hommes alors tu n’es pas servante du Christ. Quoi que l’on dise, je fais en sorte que ces mauvaises paroles ne m’atteignent pas. L’homme de Dieu Joel Francis Tatu a d’ailleurs dit un jour « s’ils atteignent ton coeur, ils atteignent ton onction ». Même la Bible nous demande de garder nos coeurs plus que tout. Les gens qui m’acclament sont les mêmes qui me critiquent lorsque je touche à leur pêcher mignon. Ces critiques m’ont aidé à être celle que je suis aujourd’hui et elles me permettent aussi de ne pas être hautaine ou d’écraser les autres.

N’as-tu pas peur de devenir orgueilleuse ou de prendre la grosse tête parfois ?

Si, quand même. Lorsque Dieu m’utilise, j’ai tendance à toujours préciser au peuple de Dieu que c’est le Seigneur qui fait tout et que je ne suis qu’un simple instrument. Je demande toujours au Saint Esprit de m’aider a rester humble peu importe le niveau où Il m’emmènera. Je veux pouvoir être capable de donner toute la reconnaissance à Dieu à chaque moment.

Y a-t-il des moments où tu es découragé et a envie d’abandonner la foi ?

J’ai souvent des moments de découragement. Mais comme déclare la Bible dans Zacharie, je fais tout par l’Esprit Saint. Si je suis debout, c’est grâce au Saint Esprit qui me fortifie en tout temps. Servir Dieu en étant une jeune femme n’est pas évident. Il y a des réalités que nous traversons en tant que serviteurs et servantes de Dieu, que beaucoup ignorent. C’est pourquoi je demande au peuple de Dieu de beaucoup prier pour nous.

 Tu vas sortir un album très prochainement ! Peux-tu nous raconter d’où t’es venue cette envie ? Les difficultés rencontrées ?

Le Seigneur m’avait mis à coeur de sortir un album dès l’âge de 16 ans, mais je n’étais pas encore prête. Notre temps n’est pas celui de Dieu. Dès que je force les choses, j’ai des difficultés. D’ailleurs, j’ai rencontré des producteurs qui ont cherché à étouffer ce que Dieu avait mis en moi. Dieu m’avait fait promis que je sortirai un album, mais pour cela, je devais attendre qu’Il accomplisse sa promesse en son temps. Durant le mois de janvier, je me suis retirée dans le Seigneur et Il m’a donné son feu vert pour l’album. Maintenant, je me sens prête. Dieu a pris le temps de me briser et ensuite, de me revêtir de son onction. J’ai hâte de vous partager ce projet.

Pour ce nouvel album, où pourra-t-on te voir en « concerts ? A quels endroits pourra-t-on acheter ton album ?

Je n’aime pas vraiment le mot « concert ». Je dirais plus que ce sont des cultes d’adoration. Quant à l’album, je ne compte pas vraiment le vendre car pour moi, c’est une offrande à Dieu. Je n’ai pas réellement fixé de prix. Je laisserai ceux qui veulent bénir ce projet, le faire.  Je pense que ces soirées auront lieu aux Etats Unis, en France, en Hollande et en Afrique, mais pour l’instant nous n’avons pas encore fixé de véritables « tournées » pour l’album. Nous travaillons encore sur sa promo, mais dans les jours à venir, j’annoncerai les lieux où les gens pourront se le procurer. J’espère que cet album sera disponible dans le monde entier par la grâce de Dieu.

Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Que Dieu m’aide à suivre son chemin, à demeurer une Prisca humble, quelque soit le niveau qu’Il me fera atteindre. Que je sois une source de bénédictions et d’encouragements pour les autres, et non celle qui maudit ou écrase. Que la flamme continue de brûler en moi et que les âmes se donnent à Dieu au travers du ministère qu’Il m’a confié. Enfin, je prie d’aider ceux qui étaient perdus à revenir à leur premier amour qui est Jésus.

 

Vous pouvez retrouver la jeune servante sur sa page Facebook ou sur son Instagram, afin d’être richement béni par ses posts ! Quant à nous, on a hâte d’écouter l’album !

 

More from chretienslifestyle

Rendez-vous le 1er octobre pour découvrir EWOG TV, une émission pour les femmes chrétiennes !

Nous avions il y a quelques temps de cela, interviewé la soeur...
Read More

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *