Interview: Esdras et Jonathan, les deux jeunes prodiges du groupe Mekaddishkem

mekkadishkem

« Paradisio« , c’est le nom du dernier album du groupe Mekaddishkem, qui s’est notamment fait connaître grâce au titre « A mes côtés », vu près de 60 000 fois sur youtube. Sur des rythmes d’une grande variété, les deux jeunes du groupe que sont Esdras et Jonathan, apportent nouveauté et fraîcheur à l’univers musical chrétien. Nous nous sommes ainsi intéressés au parcours de ces deux prodiges du Seigneur dont on entendra parler encore longtemps !

Bonjour Mekaddishkem. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Esdras: Salut Chretien lifestyle ! Moi c’est Esdras Bantsimba et je vis en région parisienne.  Je suis membre actif de l’église ACEM situé à Aubervilliers. A côté de cela, j’ai pas mal d’activités. Je travaille dans le commerce, la musique et je suis un passionné de sports.

Jonathan: Hey, salut la famille ! Moi c’est Jonathan Christopher Gambela. Je vis également en région parisienne. Je sers au sein de l’église Mission évangélique grâce abondante. Je suis conducteur de louange et en formation au ministère. Ancien judoka de haut niveau, j’aime également beaucoup le sport.

Pouvez-vous nous raconter brièvement vos témoignages ?

E. : Mon père étant pasteur, j’ai grandi à l’église. Mais est arrivé un temps où j’ai eu besoin d’expérimenter la vie par moi-même. J’ai mis de côté tout ce que l’on m’a appris depuis mon enfance, pour goûter à la « thug Life« : fiesta, combat, nanas. Mais malgré tout cela, je conservais une certaine crainte de Dieu. Par exemple, je n’ai jamais mis un pied en boîte de nuit. C’est un peu bête, mais je me disais que les boîtes de nuit était le repère de Satan. Avec Jonathan, on a rapidement eu ce qu’on appelle « la cote » dans le monde. Mais nous avons senti que ce n’était pas ce à quoi Dieu nous appelait.

J. : Pour ma part, le Seigneur m’a tiré de loin. J’aimais deux choses: la bagarre, et les femmes… surtout les femmes ! La mort de mon frère m’a fortement touchée et je n’ai plus été le même après cet événement tragique. J’ai côtoyé de mauvaises personnes, j’ai offert les talents que j’avais reçus de Dieu à la musique mondaine. Mais le Seigneur a eu compassion de moi et m’a ramené à Lui.

3°) D’où vous est venue l’idée de lancer votre groupe musical ?

J.: Du Seigneur ! Nous étions de simples frères passionnés de musique. Lorsque le Seigneur nous a ramenés à Lui, nous avons voulu lui faire une offrande au travers d’un morceau: Afro Célébration. Vu l’engouement qu’il a suscité, nous avons enchaîné avec un autre titre sur la sainteté. Et de là, nous ne nous sommes plus jamais arrêtés.

Quel type de musique produisez-vous ?

E. : Nous l’avons intitulé « urban gospel ». Nous sommes nés en France mais nos parents nous ont transmis leur culture africaine. Nous sommes donc à la fois le produit d’influences urbaines occidentales mais aussi africaines. Tout le monde sait que l’Afrique est le berceau de nombreux styles musicaux: blues, jazz, r’n’b , gospel traditionnel… Nous avons donc décidé de mixer notre culture, nos influences et notre foi… Et paf, ça fait du Meka !

Quelles sont vos sources d’inspirations ?

E. : Jésus en premier. Quand tu lis la Bible, tu vois qu’Il avait toujours une façon bien spécifique d’apporter l’Evangile ou de répondre aux questions qui lui étaient posées. Son impact a été tel que l’on se souvient de ses messages encore aujourd’hui. C’est exactement ce que nous voulons faire: apporter le message de l’Evangile de façon révolutionnaire avec les moyens modernes dont nous disposons.  Nous nous inspirons également du travail de nos grands frères dans la foi: les Makoma (un groupe qui a bercé notre enfance), Jessica Dorsey (qui travaille dans l’excellence), Fred Hammond et Marvin Sapp (des piliers du gospel groove) ou encore Tye Tribett (mon préféré) ! Il y a aussi des références comme Lecrae. Sans oublier nos rappeurs francophones: Bigty, B-Rigth et l’As Kindson qui sont des sources de bénédictions pour nous.

Quel message souhaitez-vous faire passer au travers de votre musique ?

On ne veut pas faire la propagande d’une religion, mais on veux témoigner de l’amour de Dieu au monde. Nous voulons qu’au travers de notre musique, Dieu touche les coeurs du plus grand nombre: chrétiens, musulmans, bouddhistes, hindous… Notre musique est une sorte de main tendue de Dieu aux hommes.

Quels sont les avantages à faire un groupe entre amis et les inconvénients ?

E.: L’osmose ! On bosse dans un même état d’esprit et lorsqu’une idée est initiée par l’un, l’autre la développe et la met en forme. L’avantage, c’est aussi que nous nous soutenons mutuellement: quand l’un est faible l’autre le tire vers le haut! Nous sommes l’un au service de l’autre pour l’avancement de l’œuvre de Dieu.
Les inconvénients euh… je n’en vois aucun !

Vous vous produisez lors de concerts et programmes musicaux. Quel est le prochain événement auquel vous participerez ?

Nous avons des dates prévues en Europe: le 22 octobre en Suisse et le 10 décembre en Belgique. Nous aimerions aussi nous produire en Afrique, mais c’est un projet que nous remettons entre les mains de Dieu.

Que pensent vos proches de votre groupe ? Êtes-vous soutenus par des églises ou d’autres partenaires ?

E. : Au début, nous n’avions que peu de soutien. Vous savez, nul n’est prophète en son pays. Convaincus de ce à quoi Dieu nous appelait, nous avons prié que Dieu justifie cette oeuvre. Et par Sa grâce, les gens nous ont vus nous transformer au travers du groupe et ont commencé à croire en nous. Nos églises respectives nous soutiennent, surtout les départements de la jeunesse que nous saluons d’ailleurs. Ils sont présents en tant que figurants dans nos clips et nous aident dans l’organisation de nos prestations. Nos pasteurs et responsables sont aussi impliqués dans l’évolution du groupe par des conseils et des prières. Par la grâce de Dieu, nous sommes bien encadrés. Nous avons aussi des partenaires comme la marque JESUS01. Nous collaborons avec la super créatrice Kara Sewing, ainsi qu’une soeur de l’église. Nous avons le soutien de Piero Battery et Jacques Camara de Trace gospel, qui sont vraiment de bons conseils; de Blaise Manzambi, directeur de Casarhema et Ansel Nfa, producteur exécutif de Gospel Music TV.

Quels sont les autres projets que Dieu vous a mis à cœur ?

J. : Le grand concert de Mekaddishkem le 3 décembre prochain ! C’est un concert à but caritatif. Nous parrainons un orphelinat au Congo. La Bible déclare que la vraie religion consiste à aider les nécessiteux. Alors nous avons eu à coeur d’oeuvrer avec notre talent pour la bonne cause. Nous travaillons aussi sur nos futurs albums.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

De poursuivre avec Dieu et d’achever notre course, de combattre le bon combat de la foi et de le remporter ! Nous rêvons de porter l’Evangile au niveau supérieur dans la francophonie et que le nom de Dieu soit proclamé haut et fort pour que de nombreuses âmes soient gagnées ! Priez pour nous dans ce sens, et tout ira pour le mieux par la grâce de Dieu !

Merci Mekaddishkem pour cette interview !

More from chretienslifestyle

Tout savoir sur le copinage

"Sortir avec quelqu’un »,« avoir un ou une petite amie »...  Allez, ne faites pas...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *