Notre critique du film Tu ne tueras point de Mel Gibson

hacksaw1

Après le réalisme de la Passion du Christ, on ne pouvait s’attendre qu’à un film de haut niveau de la part de Mel Gibson. Nous n’avons pas été déçus.

Tiré d’une histoire vraie, le film se déroule pendant la seconde guerre mondiale. Il met en scène un jeune homme, Desmon Doss, qui voit son frère et ses compagnons partir à la guerre, et décide de s’engager pour servir. Cependant, sa foi et ses convictions spirituelles l’empêchent de toucher une arme et de tuer un être humain.

Le film prend le temps de poser les bases du personnage et nous plonge au départ dans une ambiance chargée de romance, où le jeune Desmon met tout en oeuvre pour conquérir la femme qu’il aime. Musique douce, cadre bucolique qui nous plonge dans les années 40… Un film de guerre vous avez dit ? Pas de suite. Et nous commençons même à trouver le temps long. Car, Tu ne tueras point arbore deux visages, comme deux films en un: le premier témoignant de l’insouciance de l’amour et le second de l’horreur de la guerre.

S’ensuit durant la deuxième partie du film une véritable immersion sur le champ de bataille asiatique, avec des scènes plus vraies que nature, où l’absurdité de la guerre ne peut qu’apparaître comme une évidence. Desmon s’en va en guerre, et nous plonge au coeur de combats sanglants (qui pourront heurter la sensibilité de certains). Les gros plans, les bruits assourdissants des bombes, les rafales et mitrailleuses, les hurlements des suppliciés, la chair à canon, les morceaux d’hommes de part et d’autres, les membres dévorés par les rats ou les vers… nous ne sommes épargnés d’aucun détail.

Après ces longues et innombrables scènes que nos yeux et nos oreilles commencent à ne plus supporter, le calme revient, ou plutôt l’humanité, grâce à ce soldat chrétien qui n’hésite pas à revenir sur le terrain pour sauver ceux dont la vie n’aurait pas encore quitté le corps. Desmon Doss en sauvera 75 de façon miraculeuse, et de retour chez lui deviendra un héros. Il aura fait la guerre à sa façon. La victoire sans les armes est possible car à la fin du film, nous nous rappelons qu’il s’agit d’une histoire vraie.

Comment l’homme a-t-il pu en arriver à une telle haine pour son prochain ? Comment peut-il agit avec une telle violence ? Dans le climat actuel, Dieu permettra-t-Il qu’une nouvelle guerre aussi sanglante éclate ? Et surtout, comment pouvons-nous agir, nous chrétiens, pour arrêter tout cela ? Ce film fut une véritable prise de conscience, et en dépit de la violence de la seconde partie, nous ne pouvons que vous encourager à aller le voir. De la même façon que Mel Gibson avec La Passion du Christ nous avait fait prendre conscience de l’amour sacrificiel de Christ, Tu ne tueras point nous fait quant à lui réfléchir sur l’avenir de ce monde et sur le rôle que chacun d’entre nous avons à jouer. Comme Desmond, il est temps de demander à Dieu ce qu’Il attend de nous. Notre bataille se gagne à genoux, dans la prière. C’est notre seule arme. Prions pour le monde, prions pour que le règne de Dieu vienne et mette fin au Mal.

Le grand cinéma de Mel Gibson était au rendez-vous. Tu ne tueras point est une belle réussite cinématographique.

Tu ne tueras point (Hacksaw Ridge), sortie le 9 novembre 2016 au cinéma.

 

More from chretienslifestyle

Couple: 7 signes que votre mariage est en bonne santé !

Beaucoup affirment que les 5 premières années de mariage sont les plus...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *