Critiquer renvoie à l’idée de porter sur un objet, une personne ou encore une situation, « un jugement défavorable, en en faisant ressortir ses défauts, ou ses erreurs » (Larousse).  La Bible nous met en garde contre cette attitude méprisante. Matthieu 7:1 nous recommande de ne point juger, et plusieurs fois dans la Parole, Jésus nous demande de ne pas faire partie de ceux qui s’adonnent aux moqueries et critiques vaines. Ainsi, nous vous proposons dans cet article, 5 conseils pour arrêter de critiquer et juger son prochain !

1) Gardez en tête que l’on n’est pas plus saint qu’un autre

Romains 3:10 déclare « qu’il n’y a point de juste, pas même un seul ». Peut-être pensez-vous votre critique légitime car le comportement d’autrui ou la situation dans laquelle il se trouve sont contraires à la Parole. Cependant, vous ne valez pas mieux que cette personne, car devant Dieu, nous sommes tous pécheurs. Critiquer son prochain peut être perçu comme une forme d’orgueil. Cela fait du bien à notre ego et nous donne l’impression que nous sommes meilleurs car contrairement à l’autre qui a péché, nous estimons « que jamais nous n’aurions fait ça ». Nous pensons alors être plus juste et intègre. Pourtant, qu’il s’agisse d’un frère, d’une sœur ou d’une personne non convertie, rien ne peut justifier un jugement, car aux yeux de Dieu, tous les péchés se valent. Aujourd’hui, beaucoup ne connaissent, hélas, pas encore le Seigneur. Il est bon de se rappeler que même si ce n’est plus notre situation actuelle, nous étions nous aussi autrefois dans l’ignorance, et encore aujourd’hui, sommes loin d’être parfaits.

2) Se rappeler que Dieu nous jugera de la façon dont nous jugeons les autres

Matthieu 7:1-2 déclare: « Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez ». La critique est souvent associée au jugement. Or, le jugement est une prérogative divine. Seul Christ est habilité à le faire, c’est pourquoi la Bible nous invite à ne pas agir de la sorte. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que nous serons jugés de la même façon dont nous jugeons les autres. Si nous nous montrons sévères, Dieu se montrera tout aussi sévère avec nous. Si à l’inverse, nous faisons preuve d’amour et de compassion, Dieu fera de même.

3) Revoir ses motivations

Toute critique n’est pas mauvaise, à partir du moment où cette dernière est constructive, qu’elle ne condamne pas, et surtout qu’elle est conduite par de bonnes motivations. Pourquoi cette critique ? Quelles sont vos réelles pensées et intentions derrière ces propos ? Souhaitez-vous aider votre prochain à aller de l’avant, ou au contraire l’humilier ? Vous pouvez prétendre vous soucier de la situation de votre prochain et être animé par l’amour, mais il est contradictoire dès lors, de donner son avis avec un esprit de querelle. Romains 13:10 rappelle d’ailleurs que « l‘amour ne fait point de mal au prochain« . Apprenons à reprendre de la façon dont Christ reprenait les pécheurs. Comment a-t-il réagi face à la femme adultère (Jean 8:1-11)  ? Votre comportement est-il identique à celui de Christ, ou se rapproche t-il plutôt de celui des pharisiens ?

4) Penser à préserver son cœur

Proverbes 4:23 nous recommande de « garder notre cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie« . Ce qui sort de notre bouche reflète ce qui se trouve au fond de notre cœur. Plus nous nous adonnons aux critiques, plus notre cœur se noircit, et plus il se noircit, plus nous apprécions critiquer les autres : c’est un cercle vicieux. Ne laissons pas la chair et le malin salir nos intentions, aussi bonnes puissent-elles être initialement. Demandons au Saint-Esprit d’ôter de notre cœur toutes mauvaises racines et de chasser toutes pensées qui pourraient nous amener à dire ou faire des choses regrettables.

5) Privilégier la douceur et la compassion à la condamnation

Avez-vous remarqué que nous sommes plus durs avec les personnes qui nous ont fait du mal ? Lorsque nous avons été blessés, il est étonnant de voir combien les propos élogieux laissent place aux remarques négatives. C’est comme si la trahison de cette personne nous avait ouvert les yeux sur tout ce qui n’allait pas chez elle. Colossiens 3:13 déclare pourtant: « Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonnés, pardonnez-vous aussi« .

Plutôt que de murmurer dans un coin ou auprès d’un groupe dont la personne concernée ne fait pas partie, optons pour le dialogue en prenant garde à ce qu’il soit animé par l’amour et la douceur !

Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. (Galates 6:1)

SHARE

4 COMMENTS

  1. C’est bon cet article tant qu’il ne confond pas critiquer et predication car le Seigneur ne critiquait pas ses auditeurs ni les pharisiens d’ailleurs mais il prechait… JEan baptiste ne crotiquait pas les soldats qui venait pour se faire baptiser en leur disant race de vipère merci quand même aidons les vrais prédicateurs d’y resté mais ne le rendons pas mou et cassé.

  2. Merci pour cet enseignement. Je tâcherai de la garder et de la mettre en pratique au quotidien. Faire la volonté de DIEU. .

  3. J’aime beaucoup cet article !
    Pour la référence c’est Colossiens 3:13
    « Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. « 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here