Sur youtube, l’émission « Marocains et Chrétiens au coeur de la polémique

marocains-chretiens

A côté des vidéos beauté, lifestyle, gaming et cuisine, émerge un tout nouveau type de vidéos, celui des « story time » et  témoignages, et ce notamment au Maroc. Dernièrement, les chrétiens du Maghreb ont décidé de sortir de l’ombre et de se servir de youtube pour lancer l’émission « Marocain et Chrétien« , et ce au risque d’insultes et menaces.

Les Marocains chrétiens osent désormais témoigner de leur conversion à visage découvert, et ce avec la nouvelle émission « Marocain et Chrétien », dont le premier épisode a été diffusé il y a quelques temps. Dans cette première vidéo, une femme du nom de Imane, évoque  sa rencontre avec Jésus. Mais cette dernière tente surtout d’expliquer aux spectateurs, que son appartenance au christianisme ne l’empêche pas d’être une marocaine comme les autres (son père étant sahraoui et sa  mère amazighe):

« Mon nom est Imane. Oui je suis chrétienne, mais je  ne suis pas une étrangère.  Je suis née et j’ai grandi au Maroc. » déclare-t-elle.

Dès la publication de la vidéo, certains n’ont pas hésité à accusé Imane d’être une « gaouri » (terme qualifiant les  chrétiens étrangers vivant au Maroc) et surtout de faire du prosélytisme au détriment de l’Islam.

Une autre vidéo de l’émission a crée la polémique car une des femmes invitées du nom de Atika, a déclaré que les musulmans « vivaient dans les ténèbres », propos qui n’ont pas du tout plu à la communauté musulmane. Elle aurait également ajouté que les familles musulmanes rejetaient souvent leurs membres convertis et que les chrétiens étaient parfois suivis et harcelés dans la rue.

Bien que le Maroc applique la liberté de croyance et de culte, le prosélytisme reste illégal. Dans leur Constitution, l’article 220 déclare que « quiconque emploie des moyens de séduction dans le but d’ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion, soit en exploitant sa faiblesse ou ses besoins, soit en utilisant à ces fins des établissements d’enseignement, de santé, des asiles ou des orphelinats » risque une sanction pénale.

Selon les rares chiffres non-officiels,  près de 8.000 marocains auraient  embrassé la foi chrétienne. Cependant, ils vivent pour la plupart leur foi dans la clandestinité  car ils sont encore en proie aux persécutions . Dans l’arsenal législatif, une fatwa du Conseil supérieur des Oulémas datant de 2013 punissait de la peine de mort, tout Marocain qui quitterait la religion musulmane pour embrasser une autre religion.

Gardons dans nos prières nos frères et soeurs marocains !

 

More from chretienslifestyle

10 situations qui nous sont toutes déja arrivées à l’église

Aller à l'Eglise est sans doute pour vous le meilleur moment de...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *